La une souvenir

Page couverture du journal Droit de parole - Une jeune femme se baignant dans le Bassin Louise.La Société des gens de baignade revendique de-puis des décennies, le droit d’accès public aux berges des cours d’eau au Québec. Pendant plu-sieurs années, ses membres de Québec ont organisé des baignades annuelles au bassin Louise.

En 2001, Droit de parole en faisait la une de son numéro de l’été. Le maire Labeaume, avec son attitude de banlieusard, a rejeté du revers de la main cette idée en 2013, prétextant que le bassin est pollué par les embarcations.

Continuer la lecture

Hydrocarbures non conventionnels: que d’incohérences

Par Sandrine Louchart (Les AmiEs de la Terre de Québec)

Présentement se déroule le Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) sur les enjeux liés à l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste dans le shale d’Utica des basses terres du Saint-Laurent.  Les AmiEs de la Terre de Québec y participent, et tiennent à souligner que plusieurs incohérences ont cours dans ce dossier.

Continuer la lecture

Un budget d’austérité qui cache son nom

Par Pierre Mouterde

C’est au Centre de foire de Québec, le mercredi 4 juin, juste avant l’annonce du budget du nouveau ministre des finances Carlos Leitao : ils sont tous là, experts cravatés du ministère des Finances, journalistes, représentants des milieux sociaux et syndicaux; 200 à 300 personnes environ, avec armes et bagages, portables, caméras, enregistreuses, studios de campagne, à l’exception cependant des téléphones cellulaires qu’on leur a confisqués à l’entrée, huis clos oUn piège pour les oppositions blige.

Continuer la lecture

Sortir du pétrole, c’est possible

Devant le Parlement : une étape importante de la Marche des peuples pour la Terre Mère, le 22 mai dernier. Photo: Réal Michaud

Devant le Parlement : une étape importante de la Marche des Peuples pour la Terre Mère, le 22 mai dernier.
Photo: Réal Michaud

Par Nathalie Côté

Des dizaines de personnes ont marché chaque jour pendant un mois, en partant de Cacouna pour se rendre à Kanesatake. Du 10 mai au 14 juin, Autochtones, non-autochtones, jeunes et moins jeunes, ont suivi le parcours des quelques 700 km que prendrait le pipeline s’il était construit. Ils dénoncent la construction du pipeline et celle du port pétrolier à Cacouna qui mettront notamment en péril la vie marine.

Continuer la lecture

La ballade de la capitale

Le monde de Québec

Veulent se faire siphonner

Y sont prêts à payer

Si c’est pour du hockey

  Continuer la lecture