La légalisation du dépôt de garantie : Une menace pour la majorité des locataires

MONOPOLYPar Jonathan Carmichael

Pendant les dernières semaines, la sphère médiatique s’est emballée au sujet de certains locataires ayant accumulé des dizaines de milliers de dollars de dettes en ne payant pas leur loyer durant des années. Habiles pour manipuler l’opinion publique, les lobbys de propriétaires immobiliers montent en épingle ces cas d’espèce afin de mettre à l’avant-scène leur agenda politique. La solution passerait, selon eux, par la légalisation du dépôt de garantie. L’ampleur de la désinformation est telle qu’il est essentiel d’amener un autre son de cloche concernant la question du non-paiement de loyer et la demande de ces groupes de pression.

Continuer la lecture de La légalisation du dépôt de garantie : Une menace pour la majorité des locataires

Vivre : John Cisco et ses ombres

ILLUSTRATION MALCOLMPar Malcolm Reid

Quand je marche sur la rue Saint-Jean, je cherche une façon de dire ce que cette rue a de spécial, de différent. J’ai vécu à Ottawa, à Madison, à Vancouver (dans un faubourg nommé Burnaby), à Montréal, à Sherbrooke, à Toronto: la ville de Québec hors les murs n’est comme aucune de ces villes.

Continuer la lecture de Vivre : John Cisco et ses ombres

Lancement de la bière La Manifeste pour le FSGP

De gauche à droite, Michel Yacoub, le brasseur Michel Marcoux et Luis Dion Dussault, au Studio P le 21 avril dernier.

 

 

 

 

 

Par Nathalie Côté

Le 21 avril dernier, le Fonds de solidarité des groupes populaires lançait sa 42e campagne de financement au Studio P. Par la même occasion, le FSGP lançait la bière La Manifeste, un produit de la brasserie Générale, édition limitée.

Une centaine de personnes ont pu assister à un concert-conférence du brasseur Michel Marcoux, accompagné de Benoit Bordage.

Les militants de l’ADDS, de Droit de parole, des AmiEs de la Terre, de même que ceux et celles du Comité populaire Saint-Jean- Baptiste et du Comité des citoyens et des citoyennes du quartier Saint-sauveur étaient présents.

Les gens qui désirent soutenir les groupes membres du Fonds dans leur travail de lutte à la pauvreté et de défense des droits collectifs, sont invités à faire des dons sur le site du Fonds au fsgpq.org  Il est encore possible de se procurer la bière spécialement brassée pour l’occasion, en contactant un des groupes membres de la fondation.

Pour joindre Droit de parole : 418 648-8043

Vélo à Québec : Le retour des Masses Critiques

Rassemblement cycliste en avril, de retour à chaque dernier vendredi du mois.                            photo           Martial Van Neste

 

Par Math Cole

En ce mois d’avril, Québec a pu voir le retour des Masses Critiques après un long hiver.

Une cinquantaine de participants ont enfourché leur vélo pour rappeler la place de celui-ci en ville, et pour promouvoir un monde non gouverné par le pétrole.

Dans une joyeuse ambiance familiale, les participants de tous âges ont parcouru les routes du Vieux Québec. Ils ont été salués par les passants et les automobilistes. C’était des visages heureux qui ont montré que la cohabitation entre vélo et voiture est possible et souhaitable.

Ce mois-ci, bien que Québec oblige à prévenir les autorités à l’avance de toute manifestation, les participants ont pu constater avec surprise qu’on les avait oubliés. Et comme par miracle, les membres se sont organisés eux-mêmes en tant que citoyens responsables. Certains s’arrêtaient aux intersections dangereuses, d’autres encadraient le convoi pour sécuriser les dépassements. Un bel exemple de citoyenneté responsable. Le Code de la route n’aura jamais été autant respecté.

Les masses critiques s’inscrivent dans un mouvement mondial grossissant chaque mois. Dans toutes les grandes villes du monde, le dernier vendredi du mois, se réunissent les cyclistes pour clamer, dans la joie et le respect, qu’une alternative est possible. Tout le monde est invité à se joindre à Masse critique Québec, à chaque dernier vendredi du mois.

 

L’agriculture urbaine, pour venir en aide à notre société

Travail de jardinage lors d’un atelier de Craque-Bitume pour démarrer des jardins urbains adaptés aux besoins de différentes clientèles. photo Craque Bitume

Par Marie-Hélène Boucher

De plus en plus de gens commencent à s’apercevoir que le mode de vie des sociétés occidentales est dramatique- ment dommageable pour la planète et entraîne des inégalités sociales importantes qui ont pour résultat de condamner certaines personnes à vivre dans la pauvreté. Cette réalité est intolérable et des alternatives commencent à faire leur apparition dont l’agriculture urbaine. Continuer la lecture de L’agriculture urbaine, pour venir en aide à notre société

Journal communautaire témoin des luttes populaires du centre-ville de Québec depuis 1974