Voir la ville autrement: Pour en finir avec le plus grand stationnement de Saint-Roch

Publié le 13 mars 2015

 

 

Illustration: Marc Boutin
Illustration: Marc Boutin

Par Marc Boutin

Dans le cadre du projet particulier d’urbanisme de Saint-Roch Sud, la Ville de Québec a pris l’initiative de demander aux citoyens de Saint-Roch ce qu’ils veulent comme développement pour leur quartier. Pour répondre à cet appel, le Comité citoyen, avec l’appui de l’Engrenage, a organisé le 12 février dernier un atelier pratique de dessin au sous-sol de l’église Saint-Roch. Sur place on fournissait cartes, crayons, papier et conseils d’experts.

Les participants choisissaient un thème ou un lieu déterminé et, par la parole et/ ou le dessin, donnaient les grandes lignes et traçaient le plan de ce qu’ils souhaitaient y voir apparaître.

Un des espaces qui a attiré l’attention fut le grand terrain vague situé derrière la Fabrique (ou devant les restaurants Les salons d’Edgar et la Cuisine, c’est selon) qu’on surnomme le stationnement Kevlar. Droit de parole a assisté à l’atelier et présente ci-haut une mise en perspective basée sur les principes urbanistiques retenus par les citoyens pour l’avenir de ce grand stationnement.

Voici, en résumé, ces principes

1- Que ce terrain devienne une extension du quartier résidentiel situé au sud, entre la rue Saint-Vallier et la falaise, et non une extension du type de développement qu’on retrouve sur le boulevard Charest.

2- Que les rues Narcisse-Belleau et Des Voltigeurs soient prolongées jusqu’à la rue Sainte-Hélène dans l’axe actuel de ces rues.

3- Que le stationnement soit limité au stationnement sur rue pour éviter l’envahissement de l’automobile à l’intérieur des ilots.

4- Qu’on favorise la mise en place de petites places publiques entourées de résidences (avec possibilité de commerces au rez-de-chaussée) à chaque extrémité du terrain.

5- Que le terrain soit loti pour accueillir surtout des maisons de ville (mitoyennes) avec un maximum de quatre étages et des arrière-cours. Éviter les ascenseurs et les corridors.

6- Que le terrain puisse accueillir un marché public (intérieur et extérieur) accessible surtout aux piéton.ne.s et aux résidantEs de Saint-Roch.

Commentaires

  1. Hey je vous lance ça…. Comme de l’avocat du diable. 🙂

    Si on veut aider l’économie de St-Roch il faut exploiter les lieux disponibles. Mettre quelques apartements et condos, plus un tout petit espace vert, et quelques locals pour commerces qui resteront vacants (comme ceux qui existent déjà sur St-Vallier…) me semble redondant.

    Pour remplir les commerces, il faut du nouveau monde. Des tours de bureau
    (100% bureaux et commerces au rdc, plus stationnement intérieur) attireront des gens de l’externe qui viendront dépenser leur argent à la Cuisine, Gueule de Bois, Salons d’Edgar et les autres locaux sur St-Vallier qui seront manifestement exploités. De plus la perte du stationnement fait en sorte que de nouvelles résidences ne sont pas favorables dans le quartier (le soir les gens des bureaux disparraissent apràs les 5à7 et le quartier redevient « à nous »). Donc grosses taxes venant des tours, commerces heureux, et quartier un peu plus riche.

    La densification urbaine est un compromis, mais honnêtement ce
    stationnement et la bâtisse Omer De Serres sont une laideur tel comme
    ils sont, depuis longtemps! Donc on a quoi à perdre d’être un peu
    capitaliste de temps en temps? Le propriétaire du terrain ne voudra pas y bâtir un gros parc, ou un marché publique. Que l’on aime ou pas, ce terrain sera exploité au maximum. Donc la question n’est pas si on le veut, mais comment on le veut.

    Je ne dis pas qu’il n’y a pas d’autres solutions mais je trouve que les idées
    lancées manquent clairement de vision pour aider le quartier à
    prospérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité