Un 1er mai contre l’austérité

Publié le 15 mai 2013

Photo de la foule devant la Gare du Palais qui ressemble à un petit château. On voit beaucoup de fanions du SFPQ.

1er mai – Journée internationale
des travailleurs et travailleuses

À chaque année, il y a des raisons supplémentaires de manifester.  En en ce printemps 2013, c’est la reforme du chômage au fédéral et celle de l’aide sociale du gouvernement Marois qui indignent.  Des coupes qui vont appauvrir les plus démunis comme le dénoncent les groupes de défense des droits sociaux et les syndicats réunis dans la Coalition pour la justice sociale de Québec et Chaudières-Appalaches.  « Le gouvernement ferme les yeux sur la souffrance humaine, disait Roxane Blanchet de l’ADDS-Rive- Sud : « Nous revendiquons des revenus décents pour une participation pleine et entière à notre société ».

De la Gare du Palais au parc Durocher, 350 personnes ont marché dans une ambiance festive, ponctuant la marche de chansons à répondre et de musique pour partager ensuite une soupe populaire.  En soirée, le Cabaret du 1er mai a animé le bar-coopérative L’AgitéE pour une soirée haute en couleurs.

Après des semaines de luttes contre le nouveau règlement à l’aide-sociale, il sera vraisemblablement adopté en juin. Quelques modifications ont été apportées, ne semblant pas satisfaire les groupes de défense de droit. Roxane Blanchet demeure critique : « l’aspect coercitif demeure.»

La lutte contre la réforme de l’assurance- emploi, déjà effective, n’est certainement pas terminée.  Face à un gouvernement pour qui les sables bitumineux sont une ressource renouvelable, il faudra redoubler de vigilance et de solidarité…

Commentaires

  1. Très belle manifestation-marche, vraiment festive avec l’aide de musicien.nes et chanteur.euses de rue, avec 350 personnes de Québec (estimation assez consensuelle).



    Nous étions très audibles et assez massifs sur la rue. Après des discours contre le saccage par Harper de l’Assurance-emploi, nous nous sommes rendus devant les bureaux de la ministre Maltais pour dénoncer ces coupures étranges contre les parents, les personnes plus âgées et les personnes qui sont en désintoxication. Avec musique et ambiance, nous avons ensuite fêté au Parc Durocher.

    D’ailleurs, les député-es fédéraux de la région de Québec étaient à la Chambre des Communes (lire: conflit d’horaire; dommage).



    Suivi d’une soirée musicale du 1er mai pleine à craquer à L’AgitéE. Belle énergie.

    Comme le dit Nicolas du ComPop, 
on constate que les gens hors de nos réseaux ne sont pas au courant avant ni après et surtout le silence médiatique sur cette action pourtant audible et très visible sur plusieurs rues à Québec.

    Vu la situation à Montréal (le SPVM n’a pas toléré la manif anticapitaliste), je remercie le SPVQ d’avoir respecté nos libertés. Quoiqu’une personne organisatrice précise que « Premièrement, le SPVQ nous a forcé à changer le trajet initial de la manif qui devait passer sur Charest » et « Deuxièmement, ils nous ont refusé la rue et le trottoir directement en face du bureau de chômage pour notre rassemblement.»

    – Michaël Lessard, du média reseauforum.org

    Non, ce n’est pas la « Fête du travail », mais une fête mondiale pour saluer toutes les personnes ici et ailleurs qui luttent ou ont lutté pour les droits et la justice, dont justement nos droits dans le monde du travail. À Québec, les 1er mai, les organismes sociaux, communautaires et les centrales syndicales s’unissent. Il est important de noter que cette activité à Québec rassemble autant les sans-emplois, les gens sur l’aide sociale, les travailleur-euses, les personnes recevant de l’Assurance-emploi, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité