La galerie Bécot: cinq décennies d’art

Par Nathalie Côté
Publié le 18 février 2022
Les artistes Suzette Patry et Klody Tremblay avec André Bécot. Photo: Serge-Philippe Tremblay

La Galerie Bécot fait partie des lieux expositions satellites de la Manif d’art qui débute le 19 février sous le thème Les illusions sont réelles au Musée national des beaux-arts du Québec. Chez Bécot, deux expos collectives s’y succéderont jusqu’en mars prochain regroupant en tout une quarantaine d’artistes.

Jusqu’au 20 mars, on peut y voir un collage du sculpteur Don Darby, des tableaux de Klody Tremblay, Jérôme Morissette et Suzette Patry, des pièces de verre de Jean-Yves Richard : une vingtaine d’œuvres ornent les murs de la galerie, un des plus chaleureux lieux d’exposition de Québec. Cette ambiance, on la doit à André Bécot, qui a partagé sa vie entre son travail d’enseignant en arts plastiques au Cégep de Sainte-Foy et celui de galeriste.

Les origines

Sise sur la rue Sainte-Hélène depuis 2002, la Galerie Bécot fait partie du milieu de l’art de Québec depuis cinq décennies. Elle a pris forme dans les années d’effervescence qui ont favorisé la création des centres d’artistes à Québec. En 1976, elle est située dans un local en haut du Fou-Bar, sur la rue Saint-Jean. Bécot prend ensuite l’espace de la « galerie Comme », un lieu alternatif disparu. «

En 1976, c’était difficile pour les artistes d’exposer, se rappelle le professeur. Bill Vincent et Paul Béliveau ont exposé dans ma galerie alors. Ils sont restés des amis depuis ». Encore aujourd’hui, celui qui a fait ses études à l’École des Beaux-arts de Montréal entre 1967 à 1973 garde la flamme : « Le marché de l’art est très difficile. Les artistes sont isolés. Ici, dans cet atelier-galerie, il se développe des amitiés. Le but, c’est autant d’exposer des œuvres que de de faire des échanges. Il y a une synergie, une confiance », explique-t-il.

En marge à la fois du système des galeries privées comme de celui des lieux d’exposition subventionnés, elle occupe une place à part. Les artistes qui y exposent contribuent financièrement selon leurs moyens. Pour André Bécot, ce qui a le plus changé depuis les débuts, ce sont les réseaux sociaux et Internet qui permettent, à partir du site de la galerie, de référer à ceux des artistes. Dans ce réseau aussi, il devient un catalyseur, un moyen de faire connaître le travail des artistes.

L’espace actuel est des plus invitant. Les plafonds hauts permettent d’exposer les œuvres de nombreux artistes sans trop surcharger l’espace. Le piano à queue au centre de la pièce laisse deviner des moments de réjouissances qui rendent la vie culturelle si attrayante.

Galerie Bécot

344, rue Sainte-Hélène,

Ouverture : de 14 h à 16 h du jeudi au dimanche et sur rendez-vous

 

Collectif 1 du 17 février au 20 mars 2022

Collectif 2 Vernissage, jeudi le 31 mars 2022 À 17 h

 

Manif d’art

Du 19 février au 24 avril Musée national des beaux-arts du Québec (et dans 34 lieux)

Commentaires

  1. J’ai visité votre sympathique galerie cet après-midi. Une belle découverte. Je me promets bien d’y retourner.Je vous serais reconnaissante de m’inscrire sur votre liste d’envoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité