G7: atteinte grave au droit de manifester à Québec

par La Coalition pour le droit de manifester à Québec
Publié le 14 juin 2018
Audace pendant la manifestation du 7 juin à Québec. Photo: Daniel Tremblay

La Coalition pour le droit de manifester à Québec dénonce avec vigueur le travail policier pendant le Sommet du G7. Elle s’indigne de la répression subie par les manifestant-e-s.

La Coalition s’alarme de la présence massive des policiers antiémeutes qui ont encadré agressivement les manifestations, peu importe si le trajet avait été remis. Des colonnes de policiers encadraient de très près les manifestant-e-s n’hésitant pas à les bousculer sans aucune raison et allant jusqu’à pousser des passant-e-s dans la manifestation et empêcher quiconque de quitter les lieux.  Cette façon de soi-disant prévenir d’éventuels débordements est non seulement antidémocratique, mais extrêmement violente. Il est très clair que ce genre d’intervention visait à décourager la population de s’exprimer publiquement et de manifester.

Pour la Coalition, les policiers ont provoqué les manifestant-e-s. « On aurait dit qu’ils voulaient que ça dégénère, on ne voit pas d’autre explication. Les manifestant-e-s qu’on traite sans hésiter de casseurs ont fait preuve d’une incroyable retenue devant une telle agressivité des forces de l’ordre », s’est indigné Vania Wright-Larin, porte-parole de la Coalition.

La Coalition est révoltée de constater que la police emploie ces tactiques d’intimidation, malgré le fait que les organisateurs et les organisatrices aient remis les itinéraires et que la manifestation se déroulait sans incident. « C’est carrément insultant des voir les porte-paroles de la police louanger le travail de leurs collègues sur le terrain. Appeler cette démonstration de force démesurée une réussite illustre parfaitement l’idée que se fait la police de nos droits et libertés. Ce qu’on voyait dans les rues de Québec pendant le G7 était digne d’une dictature. Le droit de manifester n’a pas été respecté, il a été intimidé, injurié, menacé, pourchassé par des dizaines de policiers antiémeutes », a dénoncé le porte-parole.

La Coalition dénonce également les arrestations et les détentions injustifiées de 13 militant-e-s. Il est inacceptable que des personnes soient arrêtées par les policiers et détenues pendant plusieurs jours pour des raisons politiques. Elle souhaite exprimer sa solidarité avec les personnes arrêtées.

Rétablissez le droit de manifester immédiatement

La Coalition interpelle l’ensemble des élu-e-s de tous les partis afin que des mesures soient mises en place de toute urgence pour rétablir le droit de manifester pacifiquement. Nous demandons que les règlements encadrant le droit de manifester tel que le RVQ 1091 soient abrogés immédiatement et qu’une commission publique d’enquête soit chargée d’évaluer la dégradation du droit de manifester au Canada.

La Coalition pour le droit de manifester de Québec tient à souligner le courage et la détermination des personnes qui, malgré la répression policière et le sensationnalisme sans borne de certains médias, ont décidé d’exercer le droit inaliénable de manifester.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité