Pour une tarification sociale du transport en commun

Par Nathalie Côté
Publié le 7 juin 2017
Les militants et les militantes pour le transport en commun accessible rencontraient les citoyens  sur la rue Saint-Joseph le 6 juin dernier. Photo: Réal Michaud

«C’est bien beau parler d’infrastructure, mais ça sert à quoi si les gens n’y ont pas accès et si ça ne répond pas aux besoins des personnes à faible revenu?» s’interroge Émilie Fremont-Cloutier du CAPMO.

Alors que la Ville de Québec a entamé une consultation sur la mobilité durable depuis le 6 juin, des voix s’élèvent pour revendiquer une tarification sociale: «C’est une préoccupation qui vient de la base», explique Émilie Fremont-Cloutier. «Les gens nous disaient : on est pu capable de payer notre carte mensuelle de bus, il faut faire quelque chose!»

Concertation centre-ville et banlieue

Le CAPMO a ainsi formé le collectif Transport abordable et accessible à Québec (TRAAQ) avec le Group’Action Val-Bélair, le Chantier mobilité Sainte-Foy et le Centre des femmes de la Basse-Ville. Ces organisations travaillent ensemble pour une tarification sociale et pour un meilleur service de transport collectif.

«En travaillant avec des groupes de banlieues sur l’enjeu de l’accessibilité au transport en commun, cela va aussi améliorer les conditions de vie des citoyens et des citoyennes du centre-ville, parce qu’une meilleure desserte en banlieue, c’est aussi moins de congestion des automobiles qui viennent au centre-ville», rappelle Émilie Fremont-Cloutier.

60% de femmes

Cet  enjeu qui touche particulièrement les femmes, puisqu’elles sont  60% des utilisatrices des transports en commun. Madame Fremont-Cloutier rappelle qu’un meilleur accès permet de briser l’isolement des femmes, de les sortir de la pauvreté en donnant un meilleur accès à l’emploi.

Québec en retard

Alors qu’Ottawa, Toronto et Calgary ont des tarifications pour les familles et les individus en fonction des revenus, «La ville de Québec est en retard sur la tarification sociale» souligne Émilie Fremont-Cloutier.

Selon la militante,  la Ville de Québec doit cesser de se défiler en disant que les tarifs des transports en commun ne sont pas de son ressort. Elle se réjouit que l’autorité régionale métropolitaine de transport de Montréal étudie actuellement la question d’une tarification sociale. Selon elle, c’est le moment pour que la question soit prise au sérieux à Québec

Consultation, mémoire et questionnaire

Des représentantes du collectif TRAAQ seront présentes à la Consultation sur la mobilité durable et un réseau structurant de transport en commun pour l’agglomération de Québec se déroulant du 6 au 10 juin.

Les citoyens peuvent aussi remplir un questionnaire sur le sujet d’ici le 31 août 2017 ou déposer un mémoire d’ici le 13 août Une présentation de mémoire aura lieu sur invitation le 26 août.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité