Terres des Sœurs de la Charité : la Ville de Québec ne reconnaît pas leur valeur écologique

Par Marc Boutin
Publié le 15 mai 2017
Terres des Sœurs de la Charité à Québec.

Les fonctionnaires à la direction de la planification du territoire de la Ville de Québec n’ont pas cru bon inclure les terrains des Sœurs de la Charité de Beauport dans la liste des territoires d’intérêt écologique de l’agglomération de Québec. C’est la conclusion qu’on peut tirer de la présentation qu’a faite le directeur de la planification de la Ville, M. François Trudel, lors de la séance d’information le 9 mai sur le schéma d’aménagement de l’agglomération, au Club de tennis Victoria.

Il s’agit pourtant d’un territoire d’intérêt écologique de premier ordre, non seulement à Québec mais aussi au Québec et même pour l’ensemble des villes d’Amérique du Nord. De par sa superficie, de par la qualité de son sol et surtout de par sa situation – enclavée dans le construit de l’agglomération de Québec – on a affaire ici à un domaine unique et exceptionnel, une vaste oasis de verdure en milieu urbain. En plus, le gouvernement du Québec a zoné ce terrain «à vocation agricole».

Or, il semble que la Ville accepterait que les banlieues environnantes avalent cette merveille ; il semble qu’elle veuille en faire une banlieue-dortoir comme les autres. D’ailleurs, lors de la séance d’information du 9 mai, un conseiller du Service d’urbanisme de la Ville de Québec, M. David Duval, ne l’appelait plus «le terrain des Sœurs de la Charité» mais plutôt Bourg-Royal, une banlieue dortoir du nord de la Ville. Pour la Ville, on aurait affaire ici à un territoire destiné à l’étalement urbain.

La Ville a choisi cette voie depuis que le terrain est la propriété d’un promoteur immobilier – non le moindre – le Groupe Dallaire. Elle a fait une requête de dézonage au gouvernement du Québec, et les fonctionnaires à la planification du territoire et au Service d’urbanisme agissent et planifient, comme s’ils savaient d’avance, que la réponse à cette requête serait positive.

Un schéma d’aménagement au service des promoteurs

Les fonctionnaires qui ont préparé le Schéma d’aménagement de l’agglomération ne sont pas au service d’un promoteur, mais bien au service de ceux et celles qui payent leur salaire, c’est-à-dire les citoyens. Ils sont nombreux et s’élèvent aujourd’hui pour la conservation de ce territoire agricole, une merveille verte en pleine Ville. Un bijou unique, irremplaçable.

Imaginons un instant ce même terrain situé dans la partie ouest de l’Île de Montréal : jamais la Ville ou le gouvernement n’oserait y toucher. Réveillons-nous !   Beauport vaut bien le West-Island.

Il y a suffisamment d’espace pour densifier le périmètre d’urbanisation de Québec, une des villes les plus étalée et les plus démographiquement dispersée en Amérique du Nord, sans empiéter sur ce bijou écologique.

Manifestation le 10 juin prochain

Le samedi 10 juin prochain à 10h, aura lieu une «Grande marche festive pour les terres agricoles» organisée par le groupe Voix citoyenne. Le rendez-vous aura lieu au 1255 Louis XIV, (ancien centre jardins) à Beauport. On porte du vert pour l’occasion.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité