Le top 7 de la Radio-poubelle 2016

Publié le 17 décembre 2016

Par Étienne Lanthier

 

Voici le top 7 des articles les plus lus sur le site de la Coalition sortons les radio-poubelles, en 2016. On se rend compte que les articles faisant la preuve du sexisme des animateurs et animatrices, quand ils parlent de violences sexuelles ou d’injustice sociale, ont été parmi ceux qui ont fait le plus réagir, encore plus quand les propos rapportés étaient empreints de racisme. La haine ne dérougit pas sur les ondes des radios de Québec.

 

En 7e position

Agressions à l’Université Laval: il n’y a surtout pas de culture du viol, selon RadioX

 

Des femmes se plaignent d’avoir été agressées sexuellement dans les résidences étudiantes de l’Université Laval. L’affaire prendra rapidement une ampleur imprévue, culminant en des manifestations à travers la province ayant pour thème #StopCultureDuViol.

La première réaction de la radio-poubelle suite aux agressions est de nier la culture du viol. «La culture du viol, ça n’existe pas (…) C’est des histoires de bébés gâtés», déclare Fillion dès le 18 octobre à Radio X, insultant en plus les survivantes.

Puis, deux jours plus tard, Dominic Maurais de CHOI décide que toute l’affaire est récupérée par des «extrémistes féministes gauchistes anti-hommes». Sa position vise à attaquer les féministes en affirmant qu’elles ne sont pas «égalitaristes», mais qu’elles visent plutôt à nuire à tous les hommes. Il ira même jusqu’à affirmer que les féministes devraient plutôt cibler «les pays de culs» et «l’islam radical».

Le 25 octobre, Pierre Mailloux du FM93 prend la tête du peloton masculiniste en affirmant qu’il est impossible d’arrêter un homme sur le point de commettre un viol. L’homme serait un animal et à moins de le castrer, une femme ne peut l’empêcher de la violer quand il en a envie. Toute tentative d’enseigner aux hommes le respect des femmes est une perte de temps: «Vous rêvez en couleur», dit-il. Même que tout ce que disent les féministes depuis 35 ans sur le sujet serait, selon lui, des «niaiseries».

Jamais n’aura-t-on entendu un discours prônant aussi ouvertement le viol que ça. Dix jours après la série d’agressions sexuelles à l’Université Laval, ce qui n’est pas anodin.

 

En 6e position

Les « quêteux » avec des tatous devraient crever, selon Fillion

Jeff Fillion a un message simple pour les «quêteux» qui ont des tatous dans le visage: «crève».

 

En 5e position

 Policiers canadiens faisant des enfants en Haïti: « on s’en crisse-tu », dit André Arthur

André Arthur est raciste. Au sommet de la longue pyramide de ceux qu’il déteste se trouvent les Haïtiens.

En avril, plusieurs policiers québécois commettent ce que les médias d’ici appellent des «inconduites sexuelles», alors qu’ils sont en mission pour l’ONU en Haïti.

À Radio X, André Arthur commente: Haïti est un pays « bizarre, sans avenir, peuplé de voleurs, inventeur du sida », et donc il propose de le mettre « en tutelle » pendant 30 ans. Il veut que le pays soit géré par la France, comme à l’époque coloniale.

Selon Arthur, la sexualité haïtienne est «quelque chose de particulier» et le corps des femmes est la seule chose qu’ils ont à vendre.

En 1998, un juge avait déclaré racistes les commentaires d’André Arthur sur les chauffeurs de taxis arabes et haïtiens.

 

En 4e position

Les femmes sont frustrées car elles n’ont pas de pénis, selon Jean-Simon Bui

 

Vous souvenez-vous du «journaliste» qui avait reçu un café par la tête à l’Université Laval en 2015, pendant une séance de piquetage? C’est Jean-Simon Bui, du FM93.

Bui est un jeune journaliste qui se fie à des références anciennes. En effet, il cite des thèses controversées d’un psychologue du siècle passé, Freud, dont il ne comprend pas tout, pour expliquer le féminisme au 21e siècle.

Pour expliquer la volonté des féministes de faire des événements non-mixtes, c’est-à-dire pour femmes seulement, Bui brandit «l’envie du pénis». Cette théorie fumeuse indique, selon Bui, que la femme «a en elle une frustration due au fait qu’elle n’a pas d’appareil génital masculin».

Cette théorie de Freud de 1908 a été discréditée depuis.

 

En 3e position

 En cas de viol, la victime « doit assumer les risques », selon Josée Morissette

Pour stopper les viols, Josée Morissette d’NRJ donne ses conseils: «les filles, ne soyez pas agaces, assumez les risques et soyez claires avec votre partenaire». Encore mieux: «Ayez donc des sexualités plates et dulls. Vous en n’aurez pas de problèmes!»

Les gars, bien,…continuez votre bon travail.

Josée Morissette s’était mérité un rare blâme du Conseil de presse pour des propos homophobes en 2013.

 

En 2e position

 Les femmes sont inférieures à l’homme pour des raisons biologiques, selon Myriam Ségal

 

Myriam Ségal est chroniqueuse à Québecor, enseignante à l’école ATM de Jonquière, et chroniqueuse à KYK (CHOI Saguenay). Elle a déjà travaillé avec André Arthur… et ça parait.

Le Conseil du statut de la femme rend publique une étude sur l’équité salariale. Le duo Duhaime-Ségal en parle… pour ressortir des vieux préjugés masculinistes.

Selon ce que Ségal avance à l’antenne du FM93, les femmes gagneraient un salaire plus bas par choix (oui oui, elles choisissent d’être pauvres!) Elles auraient des prédispositions génétiques à la faiblesse. Elles sont plus « prudentes » et plus « protectrices » par nature.

Tout ça, pour conclure en réclamant la fermeture des organisations de défense des femmes. Tout le discours de Ségal, à lui seul, justifie pourtant leur existence.

 

En 1e position

Les flics de Val d’Or ne peuvent pas avoir violé les Autochtones, elles sont laides et ils sont beaux, selon Fillion

 

Jeff Fillion de Radio X donne son appréciation de l’émission Enquête de Radio-Canada à Val d’Or qui démontrait que des femmes autochtones auraient été agressées et violées par des policiers.

Fillion affirme que les policiers ne peuvent pas avoir violé d’Autochtones parce qu’ils sont jeunes et beaux et que les Autochtones sont «déboitées», «maganées», ont les «dents pourries» et seraient porteuses de maladies. Il en serait venu à cette conclusion après avoir discuté avec un policier anonyme.

Malgré qu’aucun média d’envergure n’ait relayé cette affaire de propos haineux, l’article circulera énormément sur les réseaux sociaux. Il s’agit de l’article le plus lu et le plus partagé depuis le lancement du site web de la Coalition. Il a d’ailleurs donné lieu à une prise de position commune d’organismes demandant le congédiement de l’animateur.

***

La Coalition sortons les radio-poubelles est apparue en 2012 et poursuit son observation de la haine ordinaire, du sexisme, du racisme, de l’islamophobie et de l’homophobie. Vous trouvez les propos entendus sur les ondes de ces radios inacceptables? Vous pouvez signer la déclaration pour des ondes saines.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité