Compressions à Droit de parole: lettre ouverte au ministre de la Culture

Publié le 20 avril 2016

lettre

Monsieur le ministre,

Depuis 1974, le journal communautaire Droit de parole participe à la diversité de l’information dans les quartiers centraux de Québec en favorisant la production et la diffusion d’informations locales sur les enjeux de la vie urbaine. Or, les coupes récentes, annoncées par votre ministère, sont en train de remettre en cause la survie de notre journal.

C’est la raison pour laquelle nous vous demandons d’intervenir, soit pour faire modifier les récentes décisions prises à notre égard, soit pour évaluer de nouvelles manières de soutenir notre travail ainsi que celui des autres médias communautaires qui vivent, comme nous, une situation de plus en plus précaire.

En effet, en octobre 2014, le Ministère de la Culture et des Communications annonçait à l’équipe du journal, qu’à partir de l’année 2016, il y aurait le retrait d’un montant annuel de 10 000 $ de son financement de 34 660 $ par année. Ce qui veut dire que Droit de parole ne disposerait plus que de 24 660 $ pour publier à 15 000 exemplaires et distribuer, gratuitement, 9 numéros de 8 à 12 pages, par année.

Au même moment, toutes les ressources provenant de la publicité gouvernementale, quelques milliers de dollars dont nous pouvions profiter, se sont taries, sans qu’on nous en explique la raison.

À ces premières coupures, il faut ajouter celles qu’on nous a annoncées à l’automne 2015. Lors de notre prochaine demande de subvention, Droit de parole pourrait faire face à des compressions budgétaires de 20 000 $. Ce qui veut dire que nous allons subir une coupure de plus de 60 % de notre subvention.

Ces coupes drastiques sont, en somme, synonymes de la mort du journal. Or, aidés en cela par l’AMECQ, nous commencions à effectuer justement un tournant vers le web, envisageant, en même temps, d’améliorer la version papier mensuelle de notre média.

Les politiques de compressions budgétaires, dont nous sommes aujourd’hui les victimes, jouent sur la qualité minimale de notre journal communautaire, d’autant plus indispensable qu’il fonctionne dans un contexte de monopole médiatique grandissant. Plus encore, en fragilisant les liens entre les communautés et les citoyens du centre-ville, ces coupures tendent à réduire considérablement les possibilités d’information et d’éducation populaire dont pouvaient bénéficier les citoyens et les citoyennes de la Basse-Ville.

En connaissant votre souci pour les questions sociales et culturelles, nous sommes persuadés que serez sensible au devenir de Droit de parole et que vous saurez évaluer le type d’aide financière qui nous permettra de poursuivre notre mission.

Bien à vous,

le comité de rédaction, journal Droit de parole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité