700 personnes marchent au cœur des quartiers populaires

Publié le 4 novembre 2015
Des membres du Centre Solidarité jeunesse (CSJ) ont participé à la manifestation pour revendiquer un meilleur financement des groupes communautaires. Photo: Nathalie Côté
Des membres du Centre Solidarité jeunesse (CSJ) ont participé à la manifestation pour revendiquer un meilleur financement des groupes communautaires.
Photo: Nathalie Côté

Par Nathalie Côté

Une foule animée a marché dans les rues de la Basse-ville de Québec, le 3 novembre au soir, pour dénoncer l’austérité et le sous-financement des groupes communautaires.

La manifestation, la plus importante en nombre de participants depuis le 1er mai dernier, couronnait deux jours de grève votés dans une centaine de groupes de la région de Québec et Chaudières-Appalaches. Les groupes communautaires ont fait entendre leur voix par différentes actions d’éclats, les 2 et 3 novembre : visites de sept bureaux de députés libéraux et une occupation du siège social de la Banque Nationale sur le boulevard René-Lévesque.

La manifestation a débuté à 18 h à la Place de l’Université du Québec et s’est déployée sur la rue St-Joseph et sur l’étroite rue des Oblats dans le quartier Saint-Sauveur, attirant l’attention des résidants curieux de cette activité nocturne. La portée politique de slogans, tels que: «de l’argent, il y en a dans les poches du patronat», ou «c’est pas le communautaire qu’il faut couper, c’est les patrons et les banquiers», est décuplée lorsqu’ils sont scandés au cœur d’un quartier populaire.

Plusieurs militants du IWW (Industrial workers of the word), un syndicat de combat, ont animé la foule. Les étudiantes et étudiants ont marché avec les groupes communautaires, témoignant de leur solidarité. Plusieurs associations de l’Université Laval seront d’ailleurs en grève le  5 novembre pour dénoncer les coupes en éducation et les politiques antisociales du gouvernement libéral. Les 12 et 13 et novembre prochains, le Front commun poursuit ses journées de grève à Québec.

La marche s’est terminée par le traditionnel blocage de l’intersection de la Couronne / Charest, immobilisant des poids-lourds durant un bon quart-d’heure. La fanfare Tint(A)Nar, présente tout au long de la soirée, a fait danser les protestataires pour une fin de soirée festive et colorée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité