La social-démocratie, un luxe?

Publié le 11 mars 2014

Logo_MainRougePar Nathalie Côté

La Coalition pour la Justice sociale de Québec et Chaudière-Appalaches s’invite dans la campagne électorale pour dénoncer les politiques d’austérité et les hausses des tarifs qui continuent de fragiliser les programmes sociaux et les budgets des familles québécoises. Formés de dizaines de groupes populaires, étudiants, féministes et syndicaux de la région de Québec, les membres de la coalition ont uni leurs forces pour défendre le bien commun et la population qu’ils représentent.

La campagne électorale est l’occasion de faire pression sur les candidates, les candidats et les partis et de revendiquer une meilleure distribution de la richesse et de proposer des alternatives aux politiques que l’on peut encore qualifier d’austères. Une des plus récentes étant l’augmentation historique des tarifs d’Hydro-Québec. Sans compter celles qui pourraient être adoptées une fois le nouveau gouvernement élu.

Le prochain gouvernement devrait peut-être prêter l’oreille aux alternatives que propose la coalition. Elle suggère d’établir 10 paliers d’imposition. Alors qu’ils étaient encore au pouvoir, le parti libéral en a aboli plusieurs, favorisant les plus fortunés. La coalition propose aussi d’augmenter la contribution fiscale des institutions financières, notamment en rétablissant la taxe sur le capital pour les entreprises financières. Faire contribuer les fameux 1 % des plus riches n’est pas une si mauvaise idée… Elle propose aussi d’augmenter le taux provincial d’imposition des entreprises à 15 % (il est actuellement à 11,9 %). Selon la coalition, une autre solution aux dépenses de plus en plus importante et couteuse en médicaments serait d’adopter des mesures de contrôle du coût de ceux-ci en instaurant un régime entièrement public d’assurance médicament.

Enfin, la manifestation du 28 mars prochain sera l’occasion de rappeler à ceux et celles qui aspirent à gouverner le Québec que l’austérité touche trop souvent les mêmes. Mais, peut importe quel sera le prochain parti au pouvoir, on le voudrait plus sensible aux conditions de vie des plus modestes, à celles de la classe moyenne, à la majorité de la population : plus social-démocrate en somme.

Manifestation, vendredi 28 mars à midi. Départ du Centre Lucien- Borne, 100 chemin Ste-Foy, arrivée au Parlement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité