Le centre Durocher… et sa garderie

Publié le 13 décembre 2013

Par Marie-Noëlle Béland

Groupe du Jardin d'enfants Durocher
Groupe du Jardin d’enfants Durocher

Le cas du centre Durocher est délicat. Sa présence dans le quartier est inscrite dans l’histoire et dans la représentation même de ce qu’est Saint-Sauveur. Plus encore, le centre Durocher reste un milieu de vie pour plusieurs citoyens et citoyennes et puisque bon nombre d’entre eux font partie de la frange vieillissante de la population, le déplacement des activités du centre n’est pas garant de la continuité des services. Mais s’ajoute à cela un enjeu important qui devrait être pris en considération et qui est partie intégrante de la question du centre Durocher : le Jardin d’enfants Durocher.

Depuis 1995, c’est un précieux milieu qui accueille les enfants du quartier. Il offre 24 places pour des fréquentations en demi-journée. À 3,50 $ la demi-journée, la formule est bien adaptée aux besoins de notre communauté. Quatre-vingt-dix enfants le fréquentent actuellement de façon régulière ou occasionnelle. La grande souplesse du service offert permet de répondre à des besoins variés.

Des parents ayant besoin du soutien d’un organisme du quartier ou désirant participer à une démarche d’alphabétisation y reconduisent leur enfant le temps d’un atelier ou d’une rencontre avec un intervenant. Des enfants aux besoins particuliers bénéficient du suivi d’une éducatrice spécialisée que les parents n’ont pas toujours les moyens de se payer.

Des parents qui restent à la maison, par choix ou par difficulté d’accès à l’emploi, peuvent utiliser le service pour avoir un petit moment de liberté et permettre à leur enfant de socialiser sans devoir l’inscrire à temps plein à la garderie. Finalement, ce milieu de garde permet aussi aux enfants allophones un meilleur apprentissage du français. À moyen terme, ces jeunes arrivent possiblement mieux préparés à l’école et auront plus de chances de réussite. Dans un quartier où réside un grand nombre de personnes vivant des situations de pauvreté, un grand nombre de personnes peu scolarisées, le Jardin d’enfants Durocher a sa place !

Les besoins en garderie étant considérables, en 2012 le Jardin d’enfants Durocher demandait et obtenait du ministère de la Famille 36 places supplémentaires, dont dix places pour poupons. À l’origine, ces places étaient prévues à même le centre Durocher tel qu’on le connait. Le Jardin d’enfants ne peut actuellement offrir ces nouvelles places étant donné la destruction planifiée du centre Durocher ; il aurait été absurde d’agrandir la garderie l’année dernière sachant qu’elle serait détruite.

De son côté, la construction projetée prévoit une grande garderie toute neuve au rez-dechaussée ayant un accès direct au parc. Les trente-six nouvelles places sont donc en attente d’ici la fin des travaux. Mais combien de temps encore le Jardin d’enfants Durocher pourra-t-il reporter le développement de ces nouvelles places sans risquer de les perdre ?

Il est difficile de comprendre pourquoi les tractations entre la Ville et le Centre Durocher sont restées secrètes aussi longtemps et au point où nous en sommes, il est ardu de connaître les étapes exactes qu’il reste à franchir d’ici la conclusion de cette histoire. Mais n’oublions pas, au cours des prochains mois, que le dossier du Centre Durocher implique une garderie et des nouvelles places en attente au ministère de la Famille, places qui pourraient être perdues ou déplacées si le projet n’avance pas assez vite. C’est à mettre dans la balance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité