Biblioterre : Repenser l’économie pour sortir de la crise

Publié le 19 novembre 2013
David McNally Panne globale Crise, austérité et résistance Éditions Écosociété Année : 2013 304 pages
David McNally
Panne globale
Crise, austérité et résistance
Éditions Écosociété
Année : 2013
304 pages

Septembre 2008. La banque d’investissement Lehman Brothers, dont la valeur s’élevait à 635 milliards de dollars, déclare faillite, donnant le coup d’envoi à la pire crise économique depuis celle des années 1930. Sur la planète économique, le marasme est tel que tous les analystes y vont de leurs conjectures pour expliquer ce qui a fait défaut, et même le Financial Times déclare dans un de ses articles : « la crise du crédit a détruit la foi dans l’idéologie du libre marché qui a dominé la pensée économique pendant une décennie. Mais par quoi devrions-nous la remplacer?» Puis, la grande panique cède la place au grand déni. Après avoir timidement interrogé l’avenir du capitalisme, l’élite économique et politique a préféré procéder au grand sauvetage et relancer la machine.

Or, pour David McNally, la crise économique et financière de 2008 n’est pas le résultat d’une quelconque défaillance du système; ses causes profondes résident dans la nature même du capitalisme. Et loin d’être derrière nous, cette crise a inauguré une période marquée par l’adoption de mesures d’austérité dont les classes laborieuses et marginalisées sont les principales victimes. Elle nous a plongés dans une véritable « panne globale ». Construit tel un casse-tête pour appréhender la crise dans toute sa complexité et son ampleur, Panne globale s’attache à en examiner la signification historique, remontant le temps pour en saisir les germes et analysant au passage cet aspect distinctif du capitalisme néolibéral : la financiarisation de l’économie. S’éloignant des discours opaques des économistes orthodoxes, McNally souhaite sortir le public de son analphabétisme économique et s’applique à mettre en lumière les dynamiques à l’œuvre d’une crise sonnant véritablement le glas de la période d’expansion néolibérale. En cette nouvelle ère d’austérité, l’auteur plaide pour une résistance à la panne globale. « Les luttes portant sur la manière de sortir de cette crise vont certainement influencer la politique et l’économie pour au moins une génération. En un sens éminemment profond, donc, le présent est histoire. »

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité