Manifestation contre le nickel à Limoilou

Publié le 22 juin 2013
Photo d'une foule dense - Une marche vue du devant. Banderole: Pour un milieu urbain plus sain
Près de 500 manifestants ont bravé la pluie pour faire entendre leurs voix. Photo: D-Max Samson.

Parti-pris pour la parole citoyenne

Par Nathalie Côté

À l’invitation de résidants de Limoilou, nous sommes venus des quartiers centraux de Québec, de Lévis et de l’Île d’Orléans, pour revendiquer de l’air pur et dénoncer l’attitude du Port et de la compagnie Arrimage du Saint-Laurent, trop lents à agir pour améliorer la situation.

« On nous sort toujours le spectre que l’entreprise va plier bagage », constate Véronique Lalande.  « S’il y en a une qui n’a pas le choix de rester, poursuit-elle, c’est bien le Port !  Ils n’ont donc pas le choix de faire avec les citoyens qui vivent en ville ».

Trois filles de la fanfare Tintanar, jouant des instruments à vent, vêtues de manière originale.
Tint(a)nar, la fanfare de toutes les manifs, était présente le 1er juin 2013.
Photo-crédit: Pierre Mouterde

Elle va plus loin : « Pour moi, vivre en ville, c’est mon choix. Vivre en ville, c’est un droit. Pourquoi ça serait toujours aux citoyens à qui on demande de faire des sacrifices ?  Ne pourrait-on pas changer et dire aux industriels : il y a des gens qui vivent ici, c’est à vous de respecter les humains ?

Il est fini le temps où les gens de Limoilou acceptaient, sans dire un mot, la pollution dans leur quartier. Véronique a reçu plusieurs témoignages de résidents de son quartier : « Pendant des années, je n’ai rien dit » lui disait une dame. Maintenant, même si Arrimage du Saint-Laurent achète de la publicité et autre propagande (comme elle l’a fait récemment), moussant son rôle économique dans la région, étalant les emplois que l’entreprise crée et les millions qu’elle dépense, les citoyens sont moins crédules. Ils la croient de moins en moins quand la compagnie dit : « faites-nous confiance, on va s’occuper de tout. On va régler le problème. » Mais on est dans un nouveau paradigme… Les entreprises doivent désormais prendre en compte la voix citoyenne.

Les victoires citoyennes

Jean-Yves Desgagnés, candidat pour Québec Solidaire dans Jean-Lesage, présent lors de la manifestation, a rappelé l’importance de la mobilisation citoyenne, soulignant que s’il y a actuellement un moratoire sur l’exploitation des gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent, c’est parce qu’il y a eu une mobilisation citoyenne. Il a rappelé que si la ligne d’Hydro-Québec, qui devait passer en plein de cœur de Limoilou, contournera finalement le quartier, c’est aussi grâce à la mobilisation citoyenne; de même, si le nombre de voies sera réduit sur le boulevard Henri-Bourassa, afin de diminuer le bruit et la pollution, ce sera aussi grâce à cette même mobilisation.

À la suite de la manifestation du 1er juin, le ministre du ministère du Développement durable, Environnement, Faune et Parcs, intervenait pour demander à l’entreprise Arrimage du Saint-Laurent de préciser son plan d’intervention afin de remédier au problème de nickel. Véronique Lalande accueille favorablement cette intervention : « On est content que ça sorte. On se demandait, est-ce que le gouvernement va avoir le courage de les talonner ? ».

On veut plus d’information

Le Port de Québec est le plus grand terminal de nickel en Amérique du Nord. Il entrepose d’énormes quantités de fer, de cuivre, de zinc, de charbon, de sel et de sucre, à ciel ouvert. Sans compter qu’il planifie un agrandissement de ses installations. Dans ce contexte, quels sont les moyens des citoyens de Limoilou pour contrer la pollution venant du Port ? Véronique Lalande exige plus d’information sur les matières qui passent par le Port : « On veut la liste de toutes les matières manutentionnées par le Port. Les minimums et les maximums. Il y a pleins d’affaires qu’on ne sait pas. On sait qu’il y a des engrais chimiques. On veut des détails. Ils disent que c’est du phosphate et du potassium. Mais il y en a de différentes sortes… On veut savoir, quelles sont les opérations portuaires. C’est ce que les citoyens demandent. Parce que c’est important pour la santé de la population. » Selon Véronique Lalande, le récent Comité de vigilance du Port de Québec, composé de représentants du ministère, de la Ville, du Port et des citoyens, ne pourra être efficace que s’il possède les informations nécessaires, informations que les industriels gardent jalousement.

Ailleurs au Québec

Les problèmes de pollution des citoyens de Québec ne sont pas si différents de ceux, par exemple, des résidants de Malartic, où se creuse depuis deux ans, au cœur de leur petite ville, une mine d’or à ciel ouvert. L’immense chantier amène bruits et pollution atmosphérique. Les citoyens de l’Abitibi aussi veulent se faire entendre. Cela nous solidarise aussi avec les habitants de Sept-îles où le projet de mine d’apatite Arnaud vient d’être annoncé. Les résidants se préparent à mener une bataille contre cette mine. Sans compter l’uranium qui pourraient être exploité sur la Côte Nord. Cela nous solidarise aussi avec les gens de l’île d’Anticosti, où le gouvernement péquiste songe à donner son aval à l’exploration pétrolière, risquant de bouleverser la vie. Partout, c’est la course à l’exploitation des ressources naturelles, sans beaucoup d’égard envers les habitants et de leur territoire.

__

Si une quantité de poussière inhabituelle se trouve sur votre balcon, contactez Urgence Environnement au 1-866-694-5454 (24 par jour, 7 jours sur 7).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité