Ensemble contre le G7, malgré l’omniprésence policière

Par Kevin Ouellet
Publié le 10 juin 2018
La marche est demeurée festive malgré le nombre de policiers de l’escouade anti-émeute supérieur à celui des manifestants. Photo: Réal Michaud

En cette toute dernière journée du G7, plus de mille personnes auront pris la rue. Après un moment partagé à la fontaine de Tourny pour échanger sur les ravages occasionnés par le capitalisme planétaire, les gens ont parcouru la rue Saint-Louis vers le Château Frontenac.

La manifestation s’est déroulée de façon conviviale malgré l’omniprésence policière soutenue qui a envenimé l’atmosphère durant toute la fin de semaine.

La convergence contre le G7 aura accueilli de nombreux groupes citoyens, syndicaux et communautaires qui se seront alliés à la Coalition pour un forum alternatif au G7 en soutien à la manifestation de ce samedi.

L’objectif commun était de porter une critique virulente contre les politiques impérialistes et néolibérales des sept pays occidentaux les plus influents.

Le G7 sert  de think tank pour l’expansion dans le monde du libre-échange, de la dérèglementation et de l’austérité budgétaire.

« Le 9 juin, la coalition s’est réunie pour manifester pour plus de justice sociale, pour l’interdiction des paradis fiscaux et la poursuite des entreprises et des individus qui y ont recours, pour l’égalité entre les femmes et les hommes et pour une réelle autonomie économique des femmes, contre le racisme systémique et pour la reconnaissance du droit à l’autodétermination des peuples autochtones » affirme Anne-Valérie Lemieux-Breton, au nom de la coalition.

Les groupes communautaires ont été au cœur des contestations. Photo: Réal Michaud

Au cours des prochains mois, la coalition vise à poursuivre son travail militant suite au G7 pour valoriser la tenue d’un Forum alternatif à l’image de la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement. Il est important selon ses membres de se donner des outils pour lutter à plus grande échelle contre les inégalités sociales et pour la justice écologique.

Constats sur la répression

Lors de la manifestation, on a pu assister à une démonstration importante de solidarité malgré une répression policière démesurée.

La démonstration de force des autorités ne se sera pas limitée au déploiement d’un spectacle militaire. Elle aura cherché à repousser le calme en provoquant des arrestations ciblées.

Les policiers avaient parfois l’air d’une clôture vivante, créant un enfermement en mouvement. Photo: Réal Michaud

Treize  manifestants et manifestantes auront été arrêtés.es lors d’actions de désobéissance civile. Amnistie internationale et la Ligue des droits et libertés, présents depuis le 7 juin, ont dénoncé ces arrestations et ont condamné la restriction de la liberté d’expression à laquelle nous avons pu assister.

La provocation policière et le dispositif disproportionné des forces de l’ordre pendant toute la durée du G7 remettent la question du droit de manifester sur la sellette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité