Actions éclair pour la justice sociale

Par Nathalie Côté
Publié le 13 mars 2018
Quatre bannières ont été déployées ce matin au centre-ville de Québec. Photo: Réal Michaud

À l’approche du budget du gouvernement du Québec, quelques dizaines de personnes se sont rassemblées ce 13 mars à Québec pour revendiquer une meilleure répartition de la richesse. Des bannières disant tantôt «Prenons l’argent, là où il se trouve» ou «Budget 2018: la justice sociale recule» ont été déployées à l’heure de pointe matinale.

À l’appel des groupes sociaux de Québec, les associations demandent un «réinvestissement dans les services publics et les programmes sociaux ainsi que dans les organismes communautaires autonomes. »

Comme le souligne Raphaël Létourneau, co-porte-parole de l’action : « Les dernières années d’austérité néolibérale ont gravement fragilisées le filet social du Québec. L’État social qui était autrefois le symbole fort d’une société redistribuant ses richesses au nom de l’équité et de la solidarité est plus que jamais menacé ».

Les groupes revendiquent la hausse du salaire minimum à 15$ de l’heure, la création de nouveaux logements sociaux et une augmentation de l’aide sociale ou encore un meilleur système d’éducation. Ils dénoncent l’augmentation de salaire des médecins et revendiquent un meilleur système public de santé.

Ces engagements vont de pair avec l’augmentation des revenus de l’État : « Il est plus que temps que le gouvernement lutte contre les paradis fiscaux et l’évasion fiscale sous toutes ses formes, ajoute Raphaël Létourneau. Cela devrait s’ajouter à d’autres initiatives comme l’augmentation du nombre de paliers d’impositions, le rétablissement de la taxe sur le capital des banques, et des multinationales qui paient leurs justes parts d’impôts ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité