Chronique d’ébauche brute: Sur mes refuges détruits

Publié le 15 mai 2015

par Michaël Lachance

La conception architecturale n’a qu’un but : créer de l’ordre dans la confusion et le désespoir de notre temps.
Ludwig Mies van der Rohe

Décidément, je me sauve quelques semaines de cette ville ennuyeuse au possible et voilà tu pas qu’à mon retour, Lebeaume hallucine des gratte-ciels tout partout! Je me pointe devant mon boui-boui préféré, « vite! un espresso allongé! ». Sur le trottoir de la rue Couillard, je croise ce fidèle clodo, celui qui va de poubelle en poubelle à la recherche de scandales pour les stations de radio de Québec. Après avoir lampé d’un trait mon allongé plutôt amer, je fis signe au recherchiste :

« Pis, dis moé mon beatnik, pendant mon absence, j’ai manqué d’quoi ? Raconte!
–  Cominar veulent construire deux ou trois tours à Sainte-Foy, pis y’en a une qui doit faire 230 étages.
–  Ok. Une monade pour une ville sous-peuplée. Pis sinon ?
–  La soucoupe volante est presque finie.
–  Ok. Pis sinon?
–  Lebeaume est dans marde, rien ne fonctionne. Les poubelles sont ramassées tout croche, on a même pas de plan pour la construction du cossin à Place Jacques Cartier, y’a pas d’équipe de hockey, les églises ferment les unes après les autres et il veut déménager le «Marché du Vieux-Port à côté de la soucoupe blanche : tout le monde chiale à Québec!
–  Rien de neuf finalement ?
–  Non.
–  Ok. Merci vieux! »

Je vis disparaitre le « muckraker », il longea les courbes de la rue Couillard jusqu’à disparaitre dans les lointains, au travers des quidams aux bas blancs de la rue Saint-Jean. Je repris un court cambodgien bien serré, il fallait me remonter un peu, car je ressentais une violente horripilation gagner mes synapses exaltées.

Je pris la direction du McDonald, sise à trois encablures de la brulerie, et arrivé violemment à l’angle de Couillard et Saint-Jean, je croisai Éric Duhaime, Sylvain Bouchard et Jeff Fillion. J’ai cru rêver un moment, puis, m’ôtant les humeurs séreuses des paupières, je vis le triumvirat d’éboueurs célèbres plantés juste là, à mes pieds. À brule-pourpoint, je déclamai en vociférant en direction de nos troglodytes de l’opinion :

« Sur les formes scintillantes/Sur les cloches des couleurs/Sur la vérité physique/J’écris ton nom
–  LI-BER-TÉ !!! »

Duhaime se retourna et me pointa du doigt en criant « COMMUNISTE », tandis que Bouchard sembla pisser dans ses culottes, Fillion s’empressa de composer le 911 avec son portable. Quelques secondes avant que nos cerbères décérébrés de Québec se pointent les museaux, j’eus le temps de lancer une dernière phrase:

« JE SUIS DE RETOUR BANDE DE CAVES ! JE VAIS VOUS BOMBARDER DE POÈMES TOUS LES JOURS !!! »

La police me foutit onze ou douze coups de Taser, va savoir ! Un matricule habitué aux émeutes m’aspergea de poivre de Cayenne, tandis que son acolyte me balança à bout portant une grenade lacrymogène en pleines dents ! On m’a défiguré, cassé une jambe, j’ai fait une crise d’apoplexie avant de me retrouver attaché dans un camion d’urgence. J’ai poussé un petit cri puis je me suis effondré dans un sommeil salvateur.

Jamais on ne me fera taire !

Après quelques semaines en soins intensifs, sous la surveillance permanente de deux malotrus débiles mentaux, mon docteur s’est introduit par la fenêtre de ma chambre en pleine nuit, il m’a libéré des menottes qui me maintenaient au lit et nous avons pris la fuite par le toit en direction de sa voiture sport. Aussitôt dans l’auto, le tintamarre des sirènes de police bruire de partout, je fis signe à docteur d’embrayer en septième vitesse avant qu’un de ces policiers fous me pile dessus avec son auto. Arrivé à la plage de la pointe Sainte-Foy, le docteur me passa la bouteille de Moskovskaya et je m’enfilai avec lui une bonne vingtaine de rasades

Dès potron-minet, la gueule défaite et écumante par la cuite plus que par la police de Québec, le docteur, avachi sur mes mollets, me dit :

« On fait quoi maintenant ?
–  Dégote-moi un espresso intelligemment préparé. Ensuite, go aux complexes Jules Dallaire, nous allons zyeuter la structure de ces verrues à la con et tenter d’écrouler les projets phares de Cominar ! »
– Tu me laisses me baigner avant ?
– Oui, le fleuve est magnifique ce matin. Mais ce n’est pas froid un peu docteur ? »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité