Québec soutient la résistance Kurde

Publié le 16 novembre 2014
Le collectif Emma-Goldman du Saguenay est venu se joindre aux gens de Québec pour soutenir la résistance Kurde. Photo: Collectif Emma-Goldman
Le collectif Emma-Goldman du Saguenay est venu se joindre aux gens de Québec pour soutenir la résistance Kurde.
Photo: Collectif Emma-Goldman

 

Par Nicolas Phébus

Samedi le 1er novembre dernier une trentaine de militantes et de militants de divers horizons se sont rassemblés sur la Place d’Youville en solidarité avec la population de la ville kurde de Kobanê, en Syrie, assiégée depuis le 15 septembre par le groupe djihadiste « État Islamique ».

L’évènement s’inscrivait dans le cadre d’une journée internationale de solidarité appelée par les divers mouvements de libération kurde. Plus de 206 villes dans une quarantaine de pays sur les cinq continents ont participé au mouvement.

La ville de Kobanê est devenue un symbole de la résistance contre l’obscurantisme et l’autoritarisme qui menace toute la région. C’est de là qu’est partie la révolution qui, le 19 juillet 2012, a mené à la création d’une région autonome, laïque et démocratique, dans la région de peuplement kurde de Syrie, le Rojava.

Kobanê c’est l’espoir d’une coexistence pacifique de plusieurs peuples et confessions religieuses. Cela, le groupe djihadiste « État Islamique » ne peut le tolérer (pas plus que le régime d’Assad d’ailleurs, mais ce dernier a bien d’autres chats à fouetter pour l’instant). Si la ville en venait à tomber, plusieurs observateurs craignent un massacre.

Revendications

Le rassemblement du 1er novembre se voulait en totale solidarité avec la population de Kobanê, notamment les femmes qui sont particulièrement visées par les agresseurs, et pour la victoire de la résistance kurde et la poursuite de l’expérience d’autonomie démocratique dans la région du Rojava. De l’avis général, un corridor doit être ouvert à partir de la Turquie pour ravitailler et soutenir la résistance organisée par les Unités de protection du peuple (YPG).

Le gouvernement canadien fut également interpellé pour acheminer de l’aide mais aussi pour qu’il retire le PKK et ses organisations apparentées (comme les YPG de Kobanê) de la liste des organisations terroristes. Le Canada doit aussi modifier sa politique dans la région pour cesser d’appuyer les gouvernements qui soutiennent les divers groupes djihadistes, soit la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar.

Par ailleurs, tout en soutenant la résistance kurde et en étant d’avis de lui fournir ce dont elle a besoin pour vaincre (qu’il s’agisse d’armes ou de couverture aérienne), les organisateurs et organisatrices du rassemblement ont tenu à dénoncer la nouvelle invasion occidentale en Irak pour ne pas répéter les désastres des précédentes interventions militaires occidentales dans la région qui ont, de toute évidence, alimenté la réaction islamiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité