La gratuité du transport en commun, un choix politique

Publié le 10 mai 2014
Illustration RTC Gratuit

À Québec, une campagne pour la gratuité du transport en commun vient d’être lancée. À peine la campagne entamée, le collectif Subvercité recevait une mise en demeure du RTC. Malgré cela, la campagne se poursuit.

Par Lynda Forgues

Pour #RTCGratuit, quand on parle du transport en commun, ce n’est pas de petite misère qu’il s’agit, contrairement aux dires de notre bon maire, ce peut et ce doit être efficace, et surtout, ce n’est pas un privilège, c’est un droit. Le droit à la mobilité, qui assure plus de liberté. Voilà qui est original :«Toutes les personnes doivent pouvoir se déplacer dans la ville selon leurs besoins, entre autres pour avoir accès au travail et aux services, peu importe leurs moyens. » Notre belle Ville de Québec, gérée par un Labeaume de banlieue, comme un garage de banlieue, se développe autour de l’automobile, alors que ses promesses, lors de son élection en 2008, tournaient autour de la densification; la densification urbaine se veut le contraire du tout-à-l‘auto. De nos jours, la dépendance accrue à la voiture rend la mobilité de plus en plus coûteuse, et face à cela, toutes les personnes ne sont pas égales en droits.

Mise en demeure

Un tract était disponible sur le site de #RTCGratuit depuis quelques semaines, mais il a dû être retiré. L’aspect du site et celui de la page Facebook ont aussi changé après réception d’une mise en demeure du Réseau de transport de la capitale (RTC), à la fin d’avril, concernant les « visuels et couleurs » utilisés pour la campagne. Notamment le logo « G » entouré d’un cercle (voir la photo à la une) a dû être retiré, entre autres choses, sous prétexte qu’il portait à confusion.

On peut se demander si le RTC a aussi pris la peine d’envoyer une mise en demeure à des chroniqueurs de radios populistes qui, eux, s’en sont vraiment pris au transport en commun et à ses employés, publiquement et à répétition, dans le but de leur faire du tort. Est-ce que le RTC réserve ses outils juridiques seulement pour faire pression sur des collectifs citoyens qui ont à coeur le développement du transport en commun dans la capitale?

La campagne continue

Ce collectif rappelle au RTC sa mission première : « permettre aux citoyens de mieux vivre la ville par un transport collectif de qualité, au meilleur coût pour la collectivité ». Quelle serait la meilleure façon d’y parvenir? Abolir toute tarification, choisir la gratuité du transport en commun. Comment y arriver ? Vous êtes invité- es à un atelier-débat, la parole vous est donnée. Pour la gratuité des transports en commun, dans une perspective de justice sociale, de réappropriation de la ville et de réduction de la pollution.

À 19h, le 14 mai, à la Page noire, (en haut de L’AgitéE), 251 Dorchester, ouvert à tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité