L’anarchisme : pour reconstruire le monde

Publié le 7 février 2014
Bertrand Russel, Le monde qui pourrait être Socialisme, anarchisme et anarcho-syndicalisme, Lux éditeur, 2014, 268 pages.
Bertrand Russel, Le monde qui pourrait être Socialisme, anarchisme et anarcho-syndicalisme, Lux éditeur, 2014, 268 pages.

Le monde qui pourrait être est un ouvrage de théorie politique à la fois court, simple et profond. Terminé en avril 1918, peu avant que Bertrand Russell soit emprisonné pour ses activités pacifistes, il détaille les fondements du socialisme, de l’anarchisme et de l’anarcho-syndicalisme. Cet exposé sert de préambule à une analyse minutieuse des nombreux problèmes auxquels l’humanité devra faire face si elle veut reconstruire le monde dévasté par la guerre. Russell y livre un plaidoyer convaincu en faveur de l’anarchisme : bien qu’irréalisable à court terme, il constitue « le modèle souhaitable pour la société ». « À une époque où les forces principales qui s’opposent dans le monde occidental sont, d’une part, une « gauche » et une droite démocratiques converties toutes deux au néolibéralisme et, d’autre part, différents courants réactionnaires, les idées de Russell contribuent à maintenir à flot la fragile barque de la raison humaine. », comme l’écrit en préface Jean Bricmont. Mathématicien et philosophe, Bertrand Russell (1872-1970) est considéré comme le fondateur de la logique moderne. Son engagement humaniste lui valut d’être incarcéré à plusieurs reprises. Son oeuvre fut couronnée par le prix Nobel de littérature en 1950.

– Les AmiEs de la Terre de Québec | www.atquebec.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité