Un projet par et pour le monde de Québec sur les terres des sœurs de la Charité

Par Ariane Jacques-Côté pour les AmiEs de la Terre
Publié le 14 décembre 2022
Les terres des sœurs de la Charité le 8 décembre. Photo: DDP

Je pense que personne s’attendait à ce qui se passe.

Parce que les choses se passent en ce moment du côté de Beauport, sur les terres des Sœurs de la Charité.

Des choses spectaculaires. Pour plusieurs raisons.

D’abord, soyons exacts, ces terres agricoles-là n’appartiennent plus aux Sœurs de la Charité depuis que le gouvernement du Québec les a achetées. Sauf un petit lot autour de la grosse bâtisse qu’est la maison généralice. C’est là que les Sœurs vont continuer à habiter, même si elles ne gèrent plus l’hôpital de santé mentale depuis 1967 et que leur établissement agricole, la ferme SMA (un acronyme de Saint-Michel-Archange), n’est plus en activité depuis 2008.

Faque, le gouvernement a acheté ces terres-là au coût astronomique de 28,7 millions. Dans quel but? Celui d’en faire un « agro-parc ». De plus de 200 hectares. C’est immense! C’est une situation unique au monde.

Pour vrai, c’est une victoire citoyenne extraordinaire.

Pourtant, la partie semblait perdue d’avance. Le plus grand promoteur du Québec avait un projet. Une mini-ville, rien de moins! 6000 unités résidentielles.

Le projet était appuyé par la Ville de Québec et son maire, Régis Labeaume, qui se montrait très hostile à l’idée de conserver les terres agricoles urbaines. La Ville a déposé une demande de modification du Schéma d’aménagement et de développement, pour pouvoir changer le zonage agricole et commencer à construire.

David contre Goliath…

La contestation durera cinq ans. Les groupes et citoyens répondent en masse à l’appel de Voix Citoyenne, un regroupement qui multiplie les actions et les communications cosignées par de nombreux acteurs clés, pour contrer le projet résidentiel et sauvegarder la vocation agricole.

En 2018, le ministère refuse une première fois de dézoner les terres des Sœurs. La Ville a réattaqué avec une version révisée du Plan d’aménagement. S’ensuivit une autre série d’actions par plusieurs acteurs.

Le ministère refuse encore la troisième version. Il ressert ensuite les pratiques en matière de gestion territoriale. Dorénavant, avant de pouvoir introduire un projet de déclassement de terres agricoles, l’agglomération devra obtenir un avis favorable de la Commission de la protection du territoire agricole (CPTAQ).

En 2020, Dallaire abandonne le projet et rétrocède les terres aux Sœurs de la Charité.

Sans la contribution de nombreuses personnes qui se sont mobilisées pour la conservation de la vocation agricole de ce terroir nourricier, on peut affirmer sans trop de risques de se tromper que ces terres seraient aujourd’hui le théâtre d’un chantier de construction.

Pendant un bon boute, on s’est demandé ce qui se passait. Personne n’avait de nouvelles des Sœurs. Elles voulaient vouloir prendre le temps. Tout le monde était assis sur le bout de leur chaise.

Vont-elles ouvrir la porte à l’agriculture de proximité?

On savait que les propriétaires des terres avaient besoin d’argent pour assurer le bien-être de ses membres âgées. À cause de la dérive spéculative sur les zones agricoles situées en ville, les terres des Sœurs sont trop dispendieuses pour que des agriculteurs puissent se permettre de les acheter.

C’est alors qu’en avril 2022, coup de théâtre, la vente au gouvernement à un prix exorbitant permet de sauvegarder la vocation agricole.

En octobre, après l’officialisation de la transaction, le Ministères des Pêcheries, de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAPAQ) annonce la tenue de consultations publiques en deux temps : une table de concertation réunissant des acteurs clés à l’automne, suivie de consultations publiques à l’hiver 2023. Selon l’échéancier présenté lors d’une séance d’informations du MAPAQ auprès de personnes et groupes sélectionnés, l’agro-parc est prévu pour 2023-2024.

Ça arrive vite!

Les AmiEs de la Terre de Québec font partie des premiers groupes à s’être mobilisés pour les terres à partir de 2011. Aux AmiEs de la Terre, ça fait plus d’un an que je m’efforce, avec Dominique Duschesne, de continuer à sensibiliser le public au sujet de ces terres.

À la rentrée cette année, nous avons constaté que toutes sortes de rumeurs circulaient. Les gens et même les acteurs importants ne semblaient pas vraiment au courant. Nous avons donc ressenti un besoin urgent d’informer les gens sur le projet d’agro-parc. Nous avons donc décidé d’organiser une assemblée d’informations, qui a eu lieu en ligne le 2 novembre dernier (l’enregistrement est disponible sur la chaîne YouTube des AmiEs de la Terre).

Avant cette première assemblée, nous avons été contactés par la responsable du projet d’agro-parc au MAPAQ, Raphaëlle Mills-Montesinos. La conseillère en aménagement du territoire et en développement régional nous a assuré que l’intention que leur équipe était d’être partenaire avec les acteurs pour répondre aux enjeux et aux préoccupations du milieu, en complémentarité avec ce qui existe. Selon elle, il n’est pas question de travailler en vase clos et de présenter aux gens un projet déjà canné.

Les groupes et les personnes présents à l’assemblée d’informations s’entendent pour dire qu’il est important de ne pas laisser la conception du projet entièrement dans les mains du MAPAQ. Il faut absolument que les acteurs soient impliqués, que la population soit entendue et considérée, à toutes les étapes y compris la réalisation, la gestion et les transformations futures.

La première assemblée a fait ressortir la nécessité de nous préparer pour les consultations, de nous parler et nous concerter, de s’entendre sur une vision commune pour tenir un discours cohérent. Nous avons donc réinvité les acteurs et tout le monde à l’ « Assemblée 2 », le 7 décembre.

Nous avons cinq critères essentiels pour un projet viable : un projet qui protège les écosystèmes, un projet qui vise l’inclusion sociale, un projet par et pour la communauté, un projet démocratique participatif et un projet avec une vision éducative. Nous adopterons une version bonifiée de la définition de ces critères lors de la troisième assemblée au début 2023. Nous déciderons aussi ensemble du plan d’action pour la suite.

Il faut réfléchir ensemble à comment faire un projet qui va enrichir la terre et la communauté, plutôt que de les appauvrir. Citoyens, organismes communautaires, acteurs et regroupements d’acteurs du systèmes alimentaire, groupes environnementaux, élus, chercheurs et étudiants, défenseurs de l’aménagement participatif et du droit de tous à une alimentation saine, concertons-nous!

L’occasion est trop belle de concevoir collectivement un projet qui va répondre aux besoins du monde. L’histoire des terres des Sœurs de la Charité qui s’écrit présentement représente une opportunité incroyable de contribuer à mettre les bases d’un système alimentaire enraciné dans son environnement et la communauté.

Pour vous informer ou pour contribuer, contactez-nous : arianejacquescote@gmail.com ou mobilisation@atquebec.org . Vous pouvez rejoindre l’équipe du MAPAQ responsable du projet d’agro-parc à cette adresse : agroparc@mapaq.gouv.qc.c

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

 

Unhandled Exception

Message:

Cannot load module 'http' because required module 'raphf' is not loaded

Location:

Unknown on line 0