Marche contre la brutalité policière

Par W. Stuart Edwards
Publié le 10 décembre 2021
Manif du 4 d
Le 4 décembre à Québec. Photo: W. Stuart Edwards

Plusieurs dizaines de personnes ont marché de l’Assemblée Nationale à l’Hôtel de Ville de Québec, le 4 décembre 2021, suite à la médiatisation de plusieurs vidéos montrant des interventions violentes de la part des agents du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Plusieurs associations se sont rassemblées pour manifester. La marche a été organisée par la Communauté burundaise de Québec, le Conseil panafricain de Québec, le Forum jeunesse Afro-québécoise, la Table de concertation du Mois de l’histoire des Noirs, la Ligue des droits et libertés (section de Québec), le Collectif de lutte de d’action contre le racisme, et le RÉPAC 03-12. Les quelques policiers présents se faisaient discrets, assis dans leurs véhicules banalisés.

Profilage racial

Mbaï-Hadji Mbairewaye a pris la parole pour dénoncer le caractère systémique du profilage racial. Selon lui, le problème est organisationnel et bien au-delà du simple fait qu’il n’y a pas de policiers noirs au SPVQ. Il a rappelé que la société québécoise rejette la violence. Il a aussi précisé vouloir donner la chance au nouveau maire Bruno Marchand et il a salué sa volonté de parler avec les communautés racisées. Maxim Fortin de la Ligue des droits et libertés a pour sa part déploré la violence policière. Il est inacceptable et intolérable qu’un citoyen doive obéir sans condition à un policier, sous menace de se faire rudoyer. On n’a pas à tolérer ça.

Un défi pour Bruno Marchand

Le nouveau maire a dit récemment : « Je fais totalement confiance au chef de police», soulignant que « le jour où le maire se prend pour le chef de police en démocratie, on est dans le trouble. » Mais il a cependant haussé le ton par la suite, en disant que « le chef de police va devoir remédier à la situation.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité