Un deuxième piéton happé en une semaine

Par Sophie Lavoie
Publié le 9 novembre 2021
À l’intersection de Charest et Aqueduc. Photo: Sophie Lavoie

« C’est dommage à dire, mais notre matériel pour manifester était déjà prêt » me lance Sarah-Jane Ouellet, membre du Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS). Le sept novembre dernier, jour du scrutin municipal, un piéton s’est fait à nouveau happer au coin du boulevard Charest et de l’Aqueduc. Ce sont deux personnes en une semaine qui subissent le manque de responsabilité de la part de la Ville de Québec. Le CCCQSS a encore agi très vite pour organiser une manifestation piétonne où près de soixante-dix personnes se sont réunies pour revendiquer des aménagements sécuritaires.

Zina, citoyenne âgée du quartier Saint-Sauveur, était présente ce soir. Traverser cette intersection est extrêmement problématique pour elle, puisqu’elle n’a pas assez de temps. Avec son mari malade, c’est encore pire. « C’est pour ça que je suis là à soir, je veux qu’on nous protège ! Je n’ai pas de voiture, je me déplace à pied ! »

Marie-Soleil Gagné, directrice adjointe de Accès Transport Viable, était présente à la manifestation : « Ce qu’il faut, c’est que la Ville prenne ses responsabilités et actuellement ce n’est pas du tout le cas. Il faut qu’elle instaure des mesures d’apaisements, qu’elle sensibilise la population à la cohabitation. Il faut poser des actions concrètes maintenant pour protéger les piétonnes et les piétons. Un mort, c’est un mort de trop. »

Christelle, une autre citoyenne manifestante présente sur les lieux, observe beaucoup plus d’agressivité et d’empressement sur les routes depuis le retour à la normale, alors que les mesures sanitaires sont levées. « Ça fait plus d’un an qu’on est chez nous, que le temps est suspendu. Je pense que ça fait un choc pour beaucoup de monde qui doit recommencer à aller au bureau, donner des « lifts » aux enfants, rouler dans le trafic. Mais nous, on est encore là et on a peur. » La jeune femme s’est fait frapper à cette même intersection l’hiver dernier. Elle s’en est sortie avec une clavicule cassée et une cheville mal en point, mais conserve un grave stress lors de ses déplacements de la basse-ville à la haute-ville.

Pierre-Luc Lachance présent à la manifestation

Après une deuxième victoire comme conseiller municipal dans le district Saint-Roch/Saint-Sauveur, Pierre-Luc Lachance était encore présent pour la manifestation piétonne, comme la semaine dernière. Alors que depuis 2017, il blâme l’immobilisme de la Ville de Québec et déplore que le processus de sécurisation de nos artères soit compliqué, Droit de Parole a demandé au conseiller ce qui sera fait pour rendre le boulevard Charest à la hauteur des milieux de vies qu’il traverse : « Je n’ai malheureusement pas de proposition claire à ce moment, car la situation doit être revue non pas de façon locale, mais pour l’ensemble du tronçon qui parcourt le centre-ville. » Le conseiller municipal représentera maintenant les citoyens de la basse-ville de Québec sous la bannière de Québec Forte et Fière. Droit de Parole invite tous les citoyennes et citoyens du quartier à redoubler de vigilance cet automne dans leurs déplacements et à offrir de l’aide aux personnes vulnérables qui doivent traverser les autoroutes du centre-ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité