La tarification sociale arrive à l’hôtel de ville

Par le Collectif pour un transport abordable à Québec
Publié le 15 novembre 2021
Archives DDP  Photo: Hélène Nazon

Le Collectif pour un transport abordable et accessible à Québec (TRAAQ)  se réjouit de l’arrivée à l’hôtel de ville d’une formation politique ayant pris position en faveur d’une tarification sociale en transport en commun.

Pendant la campagne électorale, Québec forte et fière s’est engagée à implanter, dès l’an deux de son premier mandat, une tarification sociale basée sur le revenu offrant une réduction de 25% sur les tarifs du transport en commun aux personnes moins nanties. Québec forte et fière a également spécifié que cette réduction atteindrait 50% au terme de son premier mandat.

« La création prochaine d’un programme de tarification sociale basée sur le revenu à Québec est une excellente nouvelle! Cela permettra d’améliorer significativement la mobilité et la qualité de vie de milliers de personnes en situation de précarité de notre ville » s’enthousiaste Catherine Rainville, animatrice sociale du TRAAQ.

Comme les tarifs actuels du transport en commun représentent un réel fardeau pour ces citoyens et citoyennes, le TRAAQ souligne l’importance de la réalisation de cet engagement par l’administration Marchand et du soutien, à cet effet, des autres formations politiques représentées au conseil municipal. D’ailleurs, l’Équipe Marie-Josée Savard s’était elle-même engagée à mettre sur pied un projet pilote de tarification sociale et, Transition Québec, à implanter la gratuité complète du système de transport en commun.

Pour assurer que le futur programme de tarification sociale corresponde aux besoins et aux réalités des différentes personnes en situation de précarité et ne laisse ainsi personne derrière, le TRAAQ tend la main à la nouvelle administration.

« Nous offrons à l’administration Marchand notre entière collaboration dans les différentes étapes de conception et de mise sur pied de cette tarification sociale. Tous les efforts doivent maintenant converger pour que la mobilité puisse devenir plus accessible pour tous et toutes », conclut Catherine Rainville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité