David Johnson candidat de Démocratie-Québec dans Cap-Diamant

Par W. Stuart Edwards
Publié le 16 septembre 2021
David Johnson, candidat de Démocratie-Québec dans Cap-Diamant
David Johnson, colistier de Jean-Rousseau dans Cap-Diamant

Le 4 septembre 2021, Droit de parole a rencontré David Johnson, colistier de Jean Rousseau dans le district Cap-aux-diamants.

Sur le troisième lien

« Démocratie Québec propose de créer le premier lien de transport collectif exclusif. » Les problèmes de mobilité sont l’inefficacité, les GES de l’automobile, les coûts, l’insécurité routière. « La solution passe par le développement du transport collectif. » Ce « premier lien » entre Québec et Lévis, accessible exclusivement au transport collectif, « va changer la donne pour le transport collectif dans la région de Québec. Ça va faire en sorte que se déplacer en transport collectif va être plus efficace, les transports tout court vont devenir moins chers, on va évidemment aussi réduire l’empreinte écologique de nos déplacements. »

Combattre les îlots de chaleur

« Ce qu’on propose, c’est de commencer avec ces rues partagées pour planter des arbres aux endroits qui ont déjà été enlevés des parcs de stationnements. » Il s’agit des espaces peints dans les quartiers centraux, créés par la Ville l’an passé. « On va mettre de la verdure permanente. » Les îlots de chaleur, « ce n’est pas juste l’asphalte. C’est aussi les toits, qui absorbent la chaleur, qui créent ces îlots. » Pour l’îlot Saint-Vincent-de-Paul, dans le projet de coopérative d’habitation proposé par le Comité populaire St-Jean-Baptiste, « on va pousser plus loin. » Une vocation agricole, une serre sur le toit, un jardin public, de l’agriculture à l’année longue. En plus de lutter contre les îlots de chaleur, « l’autre avantage de ce projet est d’améliorer la sécurité alimentaire dans le quartier. »

Bassin Louise 
La baignade au bassin Louise est prévue pour l’été prochain. « C’est un projet que Démocratie Québec soutient depuis toujours. »

Arbres et tramway

« Un des engagements principaux, c’est de protéger les arbres sur le parcours du futur tramway. Ça, c’est quelque chose qui est incontournable. » La gestion du projet par le consortium, l’approche adoptée par l’administration Labeaume, n’est pas souhaitable : « Il faut que ce soit géré par les représentants des résidents, des citoyens de la Ville de Québec. » Avec Jean Rousseau à la mairie, la Ville va prendre en charge la gestion. « Il y a des techniques pour réaménager une rue sans couper les arbres. Ça a été fait sur l’avenue Cartier. »

Retour d’un marché dans le Vieux-Québec 

« La raison pour laquelle Jean Rousseau est entré en politique, était pour protéger, à l’époque, le marché du Vieux-Québec. » Le travail en vue de sa reconstruction « va commencer le 8 novembre, le lendemain des élections. » Le fait que l’ancien marché du Vieux-Port a été enlevé « démontre une absence totale de vision de l’administration sortante au niveau des besoins des résidents du centre-ville. » Une ville n’est pas un business. C’est un lieu social, c’est l’environnement, c’est le patrimoine. « On ne peut pas gérer une ville comme un business sans faire des dégâts comme on l’a fait avec le marché du Vieux-Port. Et comme je vous dis, on va commencer les démarches pour le remettre en place dès le 8 novembre, lendemain des élections.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité