Assurer l’avenir nourricier des terres des Soeurs de la Charité, un devoir collectif

Institut Jean-Garon, Voix citoyenne, etc.
Publié le 16 septembre 2021
Terres des Sœurs de la Charité, Québec. Photo: archives DDP

À M. André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation
aux autorités de la Ville de Québec
aux partis politiques municipaux en campagne électorale à Québec
à la Congrégation des Sœurs de la Charité de Québec

Un important enjeu de société à Québec, et même au Québec, est l’avenir « nourricier » des
Terres des Sœurs de la Charité (TSC). Cette congrégation y a opéré pendant plus d’un
siècle une ferme associée à l’ex-Centre hospitalier Robert-Giffard. Enclavée dans un tissu
urbain de plus de 600 000 habitants, à six kilomètres du Château Frontenac, cette propriété
agricole de plus de 200 hectares a été préservée jusqu’à aujourd’hui et ces terres de grande
qualité sont cultivées en continu depuis 350 ans.

Aberration pour les « développeurs » d’une époque révolue, cette situation présente
pourtant des avantages extraordinaires pour quiconque est à l’écoute de son temps :
sécurité alimentaire, circuits courts, reconnexion ville-agriculture, lutte aux changements
climatiques, éducation et patrimoine, voilà autant de valeurs qu’incarne cette propriété ; elle
ferait l’envie de toute ville « intelligente » sur la planète.

En grande partie grâce à une mobilisation citoyenne remarquable, un projet
d’agrandissement du périmètre d’urbanisation incluant les TSC a été rejeté par le
gouvernement du Québec en 2019, ce qui a récemment mené à leur rétrocession à la
congrégation par le promoteur qui les avait acquises en 2014. Retour donc à la case départ,
avec en moins l’option d’un asphaltage tout azimut… pour le moment.
Des réflexions sont en cours afin de bâtir un consensus sur la vocation future des TSC.
Mais un avenir « nourricier » n’est pas encore acquis, malgré ces développements récents
porteurs d’espoir.

Il manque un projet fédérateur, susceptible de rallier toutes les bonnes volontés autour de
l’objectif d’une vocation agricole de proximité pour, dans un premier temps, mener à une
acquisition, préférablement par une fiducie d’utilité sociale agricole (FUSA) qui saura
préserver cette vocation pour les générations futures, mettant ainsi ces terres définitivement
à l’abri du marché immobilier et de la spéculation. Cette démarche devrait déboucher sur
leur mise en valeur en tant que site exceptionnel d’agriculture urbaine. Avec ce modèle
unique en Amérique du Nord, le Québec ferait parler de lui !

Des partenaires essentiels

Pour franchir ce pas de l’acquisition et de la mise en valeur de ces précieuses terres, le
soutien du gouvernement du Québec et de la Ville de Québec apparaît essentiel en vue
d’un projet « TSC-Nourricier » crédible, novateur, susceptible d’attirer les investissements
requis et bien intégré à une véritable stratégie d’agriculture urbaine de la Ville de Québec,
tout en étant sécurisant et motivant pour les Sœurs de la Charité, la population de Québec
ainsi que les générations futures.

(…)

Nous souhaitons vivement une unanimité autour de cette question pour que
l’administration municipale tourne définitivement le dos à l’urbanisation.
Soyons clairs : nous ne demandons pas aux pouvoirs publics d’acquérir cette propriété.
Toutefois, le gouvernement et la Ville pourraient aider de plusieurs manières en
accompagnant les parties prenantes qui se sont positionnées pour la préservation des TSC
dans une démarche vers une agriculture de proximité multiforme pour augmenter notre
autonomie alimentaire (incubateur d’entreprises bio, recherche, démonstration pour les
familles et les écoles, etc. ).

En outre, dans un geste imprimant une ferme volonté d’encourager ce type d’agriculture, le
gouvernement et la Ville pourraient apporter une contribution financière pour bonifier une
offre d’acquisition que les religieuses pourraient recevoir favorablement en vue de faciliter
un retour à la collectivité de ces terres patrimoniales.

Les Terres des Sœurs de la Charité de Québec ont acquis une valeur de symbole quant à
la résistance face à une conception dépassée de l’aménagement urbain. Il faut maintenant
qu’elles deviennent emblématiques d’une intégration réussie de l’agriculture en ville pour
faire de Québec et du Québec des leaders dans cette voie d’avenir. Un véritable projet de
société dont notre communauté a grand besoin !

 

Signataires

Institut Jean-Garon et Voix citoyenne (initiateurs) 

 

Syndicat UPA Québec-Jacques-Cartier

Fédération de l’UPA de la Capitale-Nationale-Côte-Nord

Union paysanne

Protec-Terre

Les Urbainculteurs

Craque-Bitume

AmiEs de la Terre

Au coin de ma rue, une forêt qui nourrit

Les Incroyables comestibles de Charlesbourg

Croque mon potager – Maizerets

Chantier se nourrir concertation en sécurité alimentaire à Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge

Forêt Charlesbourg

Organisme citoyens Croque ton quartier

Mouvement pour une ville Zéro déchet

Transition Capitale-Nationale

Table citoyenne Littoral Est

Verdir St-Roch

Carrefour d’animation et de participation à un monde ouvert

Accès St-Laurent Beauport.

Cercle citoyen au coeur de Sainte-Foy

Comité des citoyens et des citoyennes du quartier Saint-Sauveur

Mouvement des Travailleuses et Travailleurs Chrétiens de la région de Québec

Comité pour densification respectueuse

Coalition pour l’arrondissement historique de Sillery

Collectif La ville que nous voulons

Action Environnement Basses-Laurentides

Regroupement vigilance hydrocarbures Lanaudière (RVHQ)

Comité de citoyens pour l’action climatique et environnementale de Durham-Sud (RVHQ)

Lili Michaud, agronome

Pierre Fournier, agronome

Caroline Dufour-L’Arrivée, agronome, biologiste, M.Sc.

Hélène Alarie, agronome

Manon Boulianne, prof. retr. ass. Sciences sociales – Département d’anthropologie

André Demers, Ph. D. Études urbaines

Patrick Provost et Thierry Lefèvre, coord. regroupement Des Universitaires

Victor H. Ramos, anthropologue, Président honoraire de CASA latino-américaine

Michel O’Neill Ph.D., Professeur émérite, Université Laval

Dr Carol Vachon, Physiologie, B.Sc. Biol. consultant en nutrition

Benoit Limoges, biologiste

Jean-Pierre Amyot, agriculteur

Ann Fiset, agricultrice

Normand Lévesque

Paul Crête

Pierrette Vachon-L’Heureux

Alain D’Eer

Michèle Dumas Paradis

Mbai-Hadji Mbairewaye

Lucie Pelletier

Nadine Galy

Suzanne Cotte

André Bérubé

Ginette Evarts

Hélène Matte

Christiane Gagnon

Anne-louise Fortin

Patricia Shink

Marie-Claude Bourret

Yves Massicotte

Suzie Beaulieu

Céline Mercier

Maurice Gendron

Fernand Trudel

Brigitte La Salle

Hélène Paré

Andrée O’Neill

Ulla Gunst

Jacinthe Bhérer

Nicole Moreau

Alice Guéricolas-Gagné

Carolle Dussault

Jean Lacoursière

Xavier Fonteneau

Daniel Campeau

Sylvie Giroux

Danielle Lafrenière

Raymond Landry

Sonia Gilbert

Mélanie Tremblay pour Kilam Winter (6 ans)

Jean-Paul Lussiaà-Berdou

Christiane Theberge

Khadija Saïd

Lucie Pagé

Germain Cliche

Christiane Desrochers

Gaëtan Tremblay

Marthe Côté

Jean-Yves Bernard

Lise Roy

Pierre-Paul Sénéchal

René Généreux

Serge Morel

Hélène Garant

Yvon Tanguay

Michèle Fournier

Pierre Vagneux

Mary Shee

Yves Carrier

Joanne Watson

Ann Cooper

Louise Vermette

Danielle Roberge

Claire Binet

Hélène Lavallée

Renaud Blais

Roseline Drolet

Paul-André Giguère

Michel Laberge

Christian Loupret

Marie-Émilie Lacroix

Gilles Poirier

Martine Bernier

Lina Savard

Étienne Gravel

Joanie Amyot Marquette

Richard Legeault

Johane Huot

Sophie Gagnon

Véronique Mimeault

Chantal de Verteuil

Catherine Gagnon

Fernand Therrien

Jacques Larose

Lucie Bergeron

Michel Côté

Anne Delpech

Michaël Potvin

Enrico Macías

Anne Potvin

Pierre Drouin

Phyllis Leclerc

Léonce Naud

Hélène Lavallée

Louis-H. Campagna

Danielle Adam

Denis L. Lefebvre

Fernand Dumont

Suzanne Gagnon

Enrico Macías

Guy Briois

Doris Dion

Mathieu Bonsaint

Marie Céline Domingue

Danielle Beaudoin

Martine Sanfaçon

Jean Falaise

Kay Wolfe-Falaise

Martin Couture

Gisèle St-Pierre

Germain St-Pierre

Diane Marion

Daniel Desroches

Denis Boyer

Michelle Fountaine

Louis Chabot

Sébastien Bouchard

Michel Jacques

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité