La transition écologique, c’est maintenant

Par Nathalie Côté
Publié le 17 juin 2021
Jackie Smith, candidate à la mairie de Québec. Photo: TQ

Transition Québec, le jeune parti progressiste fondé en 2017, tentera de se faire élire en novembre prochain à la mairie de Québec. Le programme du parti est étoffé et inspirant, avec l’environnement et la justice sociale au cœur des engagements. Les candidates et les candidats de Transition Québec sont jeunes et allumée-s. Droit de parole a abordé quelques-uns des engagements du parti avec la cheffe et aspirante mairesse, Jackie Smith, résidente de Limoilou.

– Jackie Smith, votre parti est le seul parti municipal contre le 3e lien, le controversé tunnel Québec-Lévis?

– On est le seul parti municipal contre le 3e lien en effet, mais avec plus de 46 % des citoyens et des citoyennes de Québec qui sont contre aussi ! On parle de ce projet depuis les années 1970 à Québec. Un 3e lien aura un effet désastreux sur la pollution et sur la qualité de l’air. Cela va créer de l’étalement urbain et coûter une fortune. Avec un tunnel si profond, il n’y a pas de modèle à suivre. C’est tellement gros et pas nécessaire. La CAQ veut augmenter la présence d’automobiles, alors qu’il y a déjà trop d’autos dans Saint-Roch.

– Avez-vous un plan pour sortir les citoyens du trafic automobile?

– La seule façon de régler les problèmes de circulation, c’est d’investir dans le transport en commun, le transport actif, et de rendre les villes plus faciles à marcher.

– Quelles villes vous inspirent?

– Copenhague, Rome, La Havane.

– À Copenhague, le quartier Christiania est complètement piétonnier. Transition Québec irait-il jusque là?

– Ce serait super! Mais cela ne se fait pas du jour au lendemain. C’est un projet à long terme.

– Sommes-nous prêts à ça à Québec?

– Il y a un changement générationnel. On ne veut plus d’auto. C’est du gaspillage de nos espaces. Une auto est stationnée 90% du temps. Il y a actuellement un vrai désir d’avoir une vie sans auto. Mais il n’y a pas assez de logements abordables avec des espaces plus verts. Le logement social est aussi une priorité pour nous.

– Comment comptez-vous verdir la basse-ville?

– Il faut déminéraliser la basse-ville, protéger les parcs et les espaces verts existants. Il a y une prise de conscience que les arbres et la verdure ont un impact sur la qualité de la vie, mais on en fait pas assez actuellement pour verdir les centres-villes.

– Et les arbres qui seront coupés pour le passage du tramway? Allez-vous les protéger?

– Si on prend le pouvoir, on va garder le tramway, mais on va aussi garder les arbres. L’administration actuelle choisit les autos. Nous on choisit les arbres!

– Votre parti s’engage a à rendre le transport en commun gratuit. Comment allez-vous faire?

– On estime qu’il y a sept millions de dollars dépensés chaque année à la gestion des tarifs (cartes opus, gestion du payage, etc.). On pourrait aussi ajouter une taxe sur l’essence de 3 cents le litre. Une taxe à peine perceptible pour les automobilistes. Ce genre d’action peut s’appliquer localement. Montréal le fait déjà. En fait, on veut enlever toutes les barrières pour prendre le bus. D’ailleurs, le transport en commun est gratuit dans plusieurs villes. Qu’on pense à Boston, Florence, et bien des villes françaises.

– Votre slogan est LA bus gratuite. Pourquoi pas Le bus?

– C’est un régionalisme de Québec. Ici on dit LA bus. C’est aussi un peu d’humour à cause de mes origines anglophones. Je suis née à Hamilton en Ontario.

– La gratuité du transport en commun pourrait-elle se faire rapidement?

– Ce serait quelque chose qu’on pourrait mettre en place la première journée. C’est faisable. Ce n’est pas très cher de rendre le transport en commun gratuit et cela va augmenter le bien-être des gens.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité