Un silence complice et abyssal

Par Gilles Simard
Publié le 16 avril 2020

Je n’aime ni l’autoflagellation, ni les généralisations faciles, encore moins la chasse-aux-coupables érigée en sport extrême et les pendaisons publiques en découlant.

Toutefois, et ce bien avant la COVID-19, force était de reconnaître qu’il en allait des mauvaises conditions de vie et de travail prévalant dans les ressources intermédiaires privées d’hébergement (RI) pour personnes ayant une problématique de santé mentale ou de toxicomanie, voire un handicap physique ou autre, comme de celles unanimement décriées, ces jours-ci, dans les mouroirs pour aînés-es du privé et même du public (Herron, Laflèche, etc.). Et il s’agit toujours, dans le cas des premières, d’une catastrophe larvée, d’un immense et imminent désastre !

Qui ne dit mot, consent

Ainsi, comme les milliers de travailleurs-euses-à-rabais du Québec qui s’y échinent toujours, j’ai œuvré durant des années dans des ressources pour personnes ayant souffert d’un trouble mental. Et l’un des problèmes les plus criants, selon moi – tout autant que les difficiles conditions de travail, l’avarice de certains proprios, le laisser-aller, l’insalubrité, etc. – était le silence assourdissant d’une majorité des acteurs du milieu institutionnel, (sauf de notoires exceptions), qui se voilaient la face devant cet état de délabrement général d’un réseau sensé suppléer aux besoins des différentes phases de désinstitutionnalisation ayant eu cours au Québec.

En fait, et c’est hélas toujours le cas, selon qu’on exerce telle ou telle fonction, à tel ou tel pallier du réseau, on ferme les yeux sur des irrégularités multiples, soit par lâcheté, soit par commodité, par intérêt professionnel, par complaisance, par désabusement, parce que ceci, ou cela, avec en filigrane un à-quoi-bonisme généralisé qui se propage mortellement un peu partout.

Parler, dénoncer…

Non mais ?! Qui, à part de temps à autres quelques journalistes d’enquête tenaces, quelques groupes de défense de droits passant pour d’éternels chialeux, quelques rares politiciens-nes atypiques, des parents découragés ou des citoyens-nes scandalisés-es, qui donc a eu le courage de dénoncer et documenter pareille situation, ces dernières années ?

Bien sûr, il y a eu de temps à autres le Protecteur du citoyen, un ou deux coroners-sur-demande, mais hélas, trop souvent, on a baigné collectivement dans un silence complice, un silence abyssal, étouffant, glacial, long et blanc comme une quarantaine d’hivers québécois.

Avec comme résultat que le laxisme, l’incurie, l’immobilisme et l’avarice ont pu continuer de gangrener cet archipel de maisons-mouroirs que constitue partiellement le réseau québécois des résidences privées en hébergement. Trouverons-nous le courage de garder les yeux ouverts, après la COVID-19 ?! Et la force de monter aux chantiers de la reconstruction ? Nous le devons au moins aux générations futures !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité