Mois de la poésie: Rimes, verve et sentiments à l’arrachée

Par Alexandre Dumont
Publié le 15 février 2020
Sébastien Emond, Emmanuelle Bouchard, Alycia Dufour, Lux Aeterna Strobe, Sarah-Jane Ouellet et Anaël Turcotte. PHOTO Laurence Caron-C., Artiste Transmédiatique

Le Bureau des affaires poétiques remet ça pour une treizième édition: cette année encore, l’effervescent Mois de la poésie transforme la ville en vaste scène poétique, laissant la place aux artistes de la rime, de la verve et des sentiments à l’arrachée.

Du 29 février au 30 mars, dans les bars, cafés, bibliothèques et autres lieux culturels de Québec, on pourra non seulement entendre les poètes – je pense notamment au grand spectacle que donnera Hélène Dorion avec les Violons du Roy le 19 mars – mais aussi participer à un atelier de collage avec l’auteure Stéphanie Fillion, en plein cœur du Monastère des Augustines.

Plus encore, le 28 mars, 19 h, on pourra même entendre les poètes parler d’ivresse et de détraquages divers en marge de l’exposition BROUE, l’homme des tavernes, au Musée de la civilisation; l’événement Tournée générale donnera la parole, entre autres, aux poètes Catherine Cormier-Larose (L’avion est un réflexe court), Érika Soucy (Cochonner le plancher quand la terre est rouge), Hector Ruiz (Gestes domestiques) et Emmanuelle Riendeau (Désinhibée).

RAMEN à la Librairie Saint-Jean-Baptiste

Édition de fanzines, ateliers de création, spectacles littéraires, happenings poétiques, expérimentations multimédia, soirées de récitals à micro ouvert, le Collectif RAMEN a pour mission de « rendre accessible, démystifier, démythifier, décentraliser et valoriser la poésie ». On pourra entendre le collectif RAMEN à la Maison pour la danse le 29 février lors d’une soirée multidisciplinaire. Le public est invité à assister à la soirée du groupe le vendredi 20 mars prochain, à la très intime Librairie Saint-Jean-Baptiste (ou libièrie, comme aime à l’appeler Stéphane, un des libraires, puisque vous pourrez y siroter une consommation ou deux en assistant à l’événement).

Nouvelles adresses littéraires

Pour l’édition 2020, deux nouveaux espaces sont investis : la librairie Saint-Suave, qui vient d’ouvrir ses portes dans le quartier Saint-Sauveur, et l’Improdôme, rue Saint François Est (situé au sous-sol de La Nef ). Dans le premier, on présente, le 6 mars au soir, Dirty thoughts of a quiet french girl et Girlfag, soirée à laquelle participeront notamment l’artiste visuel Kaël Mercader et les auteurs Simon Douville et Alix Paré-Vallerand; dans le second, c’est à une soirée d’impro poétique que le public est convié, le 27 mars, 20 h, en compagnie de la troupe Vox populi et « d’un.e poète invité.e ».

20 ans de Rhizome

Pour souligner les 20 ans de productions Rhizome, un organisme de diffusion de spectacles et d’événements interdisciplinaires de littérature de Québec, une grande soirée est organisée dans la salle de bal du Centre Horizon le 12 mars, dès 19 h. Membre de l’Ordre national du Québec, auteure majeure de notre littérature, Nicole Brossard sera de l’événement, tout comme l’éclectique et prolifique Bertrand Laverdure et les poètes Virginie Beauregard D. (Clans qui râlent et autres poèmes) et Sébastien Dulude (ouvert l’hiver).

Ce grand bal doit s’entamer par un « suivi de drone » (mystère, mystère), et on annonce la visite de l’Ordre de l’infiniment Nada. Ça promet. En plus des multiples lectures et spectacles, des entretiens littéraires et des lancements de livres font également partie de la programmation. Et pour couronner le tout, des « Incursions poétiques » d’auteurs sont prévues dans Le Devoir sporadiquement tout au long de mars, ainsi que la lecture de poèmes à la radio de CKIA dans le cadre du projet Détourner la pub. Comme le dit si bien le slammeur Dominique Sacy, si nous ne sommes pas des milliers de Miron, soyons tous un peu, en mars, « des millièmes de Miron ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité