Le Phare: A-t-on pensé à la sécurité aérienne?

Par Marc Boutin
Publié le 23 décembre 2019
Graphique: Marc Boutin

Le fait que le projet du Phare soit mis sur la glace pour un an ou deux nous permet de réfléchir de façon plus posée sur les impacts que ce gratte-ciel produira sur la ville, s’il se réalise un jour. Un projet d’une telle envergure, situé à dix kilomètres du centre-ville et aux abords d’un échangeur autoroutier, aura sans doute un effet métastatique sur l’étalement urbain à l’ouest de l’agglomération. On pense ici à Neuville, St-Antoine-de Tilly, Ste-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, St-Lambert, etc. Et le tramway, qui du côté ouest doit dépasser le Phare d’au moins cinq kilomètres (et donc devra se rendre en bout de ligne jusqu’à quinze kilomètres du centre-ville), va coûter très cher de matériel roulant si on veut ramener sa fréquence, aux heures de pointe, aux cinq minutes.

Tout ça mérite réflexion. Mais un autre aspect de ce projet me titille depuis quelque temps : qu’en est-il de la sécurité aérienne ? Je pense ici aux travailleurs qui un jour seront «pognés» dans les hauteurs de ce gratte-ciel et aux passagers et pilotes des avions qui s’apprêteront à atterrir sur la piste 29 de l’aéroport Jean-Lesage.

Les chiffres

Voici quelques statistiques à propos de la relation géographique entre le gratte-ciel et l’Aéroport Jean-Lesage:

A- Le Phare est situé à cinq kilomètres de la piste 29 et à moins d’un kilomètre de l’axe d’atterrissage de cette piste. Cet axe passe au-dessus de l’hôpital Laval et de Place Ste-Foy. Un avion qui approche d’une piste pour atterrir perd beaucoup d’altitude lorsqu’il se trouve à cinq kilomètres de sa piste; il ne lui reste alors qu’environ une minute de vol avant de toucher le sol.

B- Le Phare se trouve sur un cap dont l’altitude est de 100 mètres. L’altitude de la piste 29 est de 70 mètres, soit 30 mètres de moins que celle du Phare.

C- Le phare aura, supposément, 65 étages. On peut donc prédire qu’avec l’équipement placé au haut de la tour, sa hauteur sera d’au moins 200 mètres. Donc, au plus haut de l’édifice, si on ajoute la dénivellation, le phare grattera le ciel à une hauteur de 230 mètres par rapport au niveau de la piste 29.

C’est presque un quart de kilomètre de hauteur pour un édifice près duquel des avions circuleront sans doute à beaucoup moins qu’un kilomètre d’altitude, et tout ça se passera à moins d’un kilomètre de distance à l’est du Phare. Un kilomètre, un avion peut franchir ça en moins de quatorze secondes.

Évidemment, il sera agréable pour les pilotes de saluer au passage les locataires du Phare, mais tout ça me rappelle trop le désastre du 11 septembre 2001 et une chose est sûre, je n’irai pas travailler au Phare quel que soit le salaire qu’on m’y offrira.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité