L’extension du domaine de Baby Doc

Par Michaël Lachance
Publié le 17 septembre 2019
Dessin: Pierre Otis

Chacun ses vacances, pour le trublion du bistouri ça a été dans la commune d’Épernay (Marne, Champagne-Ardenne, France). Il a dégoté une couette près de l’avenue de Champagne, nommément L’Épicurien, à moins de trois encablures de la maison Moët et Chandon. On devine bien la motivation de Doc pour les bulles, encore faut-il s’étonner qu’il soit en Europe et capable encore d’avaler ce truc effervescent sans se taper une céphalée de cervelle !

Quoique… plus rien ne me surprend chez cet otorhino cinglé. Le savoir dans la région de Champagne, à sans doute faire la tournée des vignobles, a quelque chose d’amusant. Une ex-ex-amie avait l’habitude de lancer par-ci par-là des « viens-tu Baby Doc ! Bebé Doc t’es où, Bebyyyyyy Doc ». Le souvenir est douloureux, car cette voix de sopraniste n’excitait que ce foutu médicastre.

Notre protagoniste se la coule douce en Ardenne, je consulte mes courriels pour savoir son bordel. Il est amusant de prendre plaisir à savourer les périples d’un ami, encore plus attrayant et jouissif ses déboires. Doc n’en manque pas, selon son dernier texto, il a été incarcéré 24 h pour tapage, grossière indécence et ivresse sur la place publique. Doc a oublié sa soirée, sinon qu’il s’est fait prendre nu sur le stationnement de Moët et Chandon. Les gendarmes sont tombés sur son jeans et ses bobettes bien empalés sur le dessus du grillage des portes d’entrée. Il est aisé d’imaginer les plans éthyliques de notre radier sympathique.

Désormais, la moitié d’Épernay sait la présence du Doc. Il doit se tenir à carreau. Cela dit, on sait Doc capable de bien pire… Ce matin, j’ai épluché quelques pages du dernier bouquin de Houellebecq. J’ai pensé que le livre plairait plus à Doc qu’à moi. Le vieux con français, il prend en âge et il radote. Je ne comprends pas trop l’exercice littéraire. Parfois macho, parfois carrément miso et parfois, carrément misanthrope. Je me laisse la note de lui chiper le bouquin lorsqu’il rentrera. Pour ma part, le dernier Nothomb m’a plu. L’été on lit léger avant la rentrée. J’ai aussi tenté Mathieu-Bock Côté à la plage. Le livre s’est noyé entre les deux tours d’un château de sables.

Baby Doc m’écrit :

« … » le café ici est lavasse. On imagine des espressos bien serrés, des grains de qualités, on nous file des cups à foutre dans une machine de merde ! J’ai fait trois couettes pour en trouver une qui sache couler un corsé sans nous flinguer avec un succédané qu’on ose appeler café. Vivement l’Éluard pour un vrai café ! Tout m’ennuie à Épernay. Je ne te dis pas la vacuité de l’endroit. Un désert. Ici tout le monde se la pète avec les bulles. Tout le monde vante la littérature française, aucun n’a lu l’Être et le néant ou Voyage au bout de la nuit. Par contre, on les cite sans cesse entre deux mousseux rosés. D’ailleurs, je déteste le champagne; une boisse odieuse ! Vitement se faire un Légendario ou une Vodka cul sec à Québec ! Je rentre sur Montréal le 20, attends-moi avec de la Moskovskaya ! D.

Malgré les aventures de Doc, souhaitons lui effectivement un bon retour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité