Le Périscope, de synagogue à théâtre

Par Nathalie Côté
Publié le 17 septembre 2019
Ouverture officielle de l’Implanthéâtre en 1985. Photo: Guy Couture

Si des passants se sont souvent interrogés sur la signification de l’inscription en hébreu gravée dans la pierre de la façade sud du théâtre Périscope, ils auront désormais la réponse à leurs questions. La nouvelle exposition permanente sise dans le hall du théâtre Périscope retrace l’histoire du bâtiment, dont la première destination a été celle de lieu de culte pour la communauté juive de Québec.

On découvre à travers divers documents, photographies, plans d’architectes, textes et quelques objets, l’histoire du bâtiment, inauguré en 1944. C’est aussi l’occasion de faire celle du théâtre, comme celle de la communauté juive de Québec et de ses figures les plus connues. Elle relate l’incendie criminel qui aurait pu interrompre son inauguration et la pétition que des citoyens ont fait signer contre l’installation de ce lieu de culte. Envers et contre tout, la synagogue a vu le jour. Le tout se déroulant en pleine période d’antisémitisme mondial, à laquelle le Québec n’a pas échappé.

C’est la communauté Beth Israel Ohev Shalom qui a érigé la synagogue près du quartier Montcalm où résidait la majorité de la communauté juive de l’époque. En 1985, la synagogue accueille des troupes de théâtre à la suite à des problèmes financiers et un membership déclinant. Mais ce lieu reste un symbole permanent de la lutte à l’antisémitisme menée à Québec durant la Deuxième guerre mondiale, comme le rappelle l’exposition. En 1986, c’est l’inauguration de L’implanthéâtre, une scène créée par quatre compagnies : le Théâtre du Gros Mécano, le Théâtre de la Commune, le théâtre du Vieux-Québec et le Théâtre Repère.

Le Périscope trouvera son nom actuel en 1990 à la suite d’un concours public de Radio-Canada. Le terme vient du mot d’origine grecque Périskopein, qui signifie regarder ou observer autour. Ce changement de synagogue à théâtre n’est pas sans rappeler le changement de vocation de plusieurs églises de Québec, qu’on pense à l’École de cirque de Québec à Limoilou et à la bibliothèque Monique-Corriveau de Sainte-Foy. L’occupation culturelle des lieux est à la hauteur de leur première destination.

Théâtre Périscope, 2 rue Crémazie Est

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité