Les invasions mongoles

Par Michaël Lachance
Publié le 6 février 2019

Je retrouve Doc au boui-boui habitué de la rue Couillard. On commande à Jeff Fillion deux très serré, Doc précise : « sans lait pour moi, je ménage mon foie et le guide alimentaire dit que c’est pas bon ». Brève parenthèse pour ce qui allait être un vrai soliloque matinal à propos de « l’expropriation culturelle ».

Doc a fait un rêve, une idée est née entre ses épaules, il me la partage sans consentement, voici un résumé synthèse du monologue interminable. — Tu sais qu’on s’exproprie depuis le début des temps ? Les Africains ont fait le saut en Europe occidentale, les Mongols — pas Radio X, mais le peuple — on conquit à peu près tout le continent asiatique et ils ont poussé la luck jusqu’aux portes de la Norvège. Une chance que Nevsky a fait couler la mégalomanie du Khan, Genhis de prénom, au font du lac Baïkal. Or, Khan a exproprié tout le monde, voire envoyé ad patres tous les hommes, pour ne garder que les enfants, qu’ils éduquaient au combat et les femmes, qui assureront la mixité du peuple mongol à celui de toutes les autres cultures conquises.

— Tu veux en venir où Doc ?

— Ben, 20 % de la planète, actuellement, possède des gènes mongols. Tu imagines ? Dans le café,  right now, deux personnes sont issues des relations sexuelles « débiles » du Khan ?

— Ok. À ce moment, j’ai demandé à Doc une pause. Il est impératif de laisser son interlocuteur, même invisible, respirer. Je suis sortie dehors fumé une blonde aux grands vents arctiques, Doc a hélé Fillion pour un Dry Martini sans glace avec olives rincées. Il ne peut supporter le gout du liquide saumuré des olives dans son verre. Jeff a grommelé un truc inaudible et c’est mieux ainsi, car on devine un commentaire…

Doc a voulu poursuivre, mais je l’ai interrompu :

— Le concept d’expropriation culturelle, c’est quoi Doc ?

— Écoute, quand une culture avale l’autre, elle exproprie l’autre culture.

— Vaseux ?!

— Ben, Les Red Skins de Washington, l’équipe de football américain, n’est-ce pas un exemple parfait d’expropriation culturelle ? On décime les cherookees et ensuite, on porte fièrement leurs surnoms ! Tu sais que le Superbolw est vu par plus d’un milliard de fan d’ailes de poulet ?

— Vaguement.

— Presque 20 % du monde regarde ce sport en même temps !

— Et puis ?

— Tu ne fais pas le lien ?

— Non, raconte.

— Gengis Khan ! Il est où ce 20 % de descendant du conquérant mongol ? Il est rivé devant son téléviseur !

L’air impérieux, Doc passe la commande pour plusieurs autres Dry Martini sans glace avec olives rincées. Pendant que mes songes vaquent à la prose, l’otorhino scande à qui mieux mieux sa théorie imbuvable (…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité