Le bilan du militant

Par Francine Bordeleau
Publié le 4 décembre 2018
Franc¸ois Saillant à la librairie Saint-Jean-Baptiste lors du lancement du livre Lutter pour un toit, Douze batailles pour le logement au Québec. Photo: Réal Michaud

Indissociable du FRAPRU, dont il a été le porte-parole pendant près de quarante ans, François Saillant raconte douze des batailles les plus épiques livrées au Québec sur le front du logement.

François Saillant a pris sa retraite du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) en 2016. Mais ce véritable emblème de la lutte pour le logement social au Québec n’allait pas disparaître de la scène publique pour autant. À preuve : ce livre où sont relatés « douze épisodes d’un combat qui n’arrête jamais ».

Le premier de ces épisodes, largement méconnu me semble-t-il, est celui des « vétérans squatteurs », et se situe dès après la Seconde Guerre mondiale. Une grave pénurie de logements sévit à Montréal depuis plusieurs années déjà : ainsi, en 1939, on estimait que 35 000 nouvelles unités étaient nécessaires, un chiffre qui s’élevait à 50 000 quatre ans plus tard. Née en 1946 à l’initiative du Parti ouvrier progressiste (POP), la Ligue des vétérans sans logis a alors lancé un mouvement d’occupation qui fit grand bruit.

Le livre de Saillant est très « montréalais », d’ailleurs. On fait néanmoins un détour par Gatineau (1983), Châteauguay (1991-1996) et Val-David (2002- 2003), sans oublier Québec.

Dans la capitale, c’est d’abord le fameux « Saint-Gabriel de force » (1976- 1979) qui cristallise les luttes pour le logement. La mobilisation des résidants de cette petite rue du quartier Saint- Jean-Baptiste, à l’époque des grands projets autoroutiers et de l’érection de la colline parlementaire, fait maintenant école. L’occupation du 920, de la Chevrotière en 2002 était elle aussi un événement incontournable. Menée par le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, l’action vise à empêcher un projet de condos et, ultimement, mènera à la création de la coop L’Escalier.

Vision d’avenir

Ce recueil d’histoires urbaines et sociales est écrit dans un style alerte et vivant qui reflète la fougue et la sincérité de son auteur, ce qui ne gâche rien. Saillant nous convie aussi à une plongée dans l’Histoire récente, dans l’Histoire récente qui s’écrit au jour le jour par des gens ordinaires. Et pour celui qui sera encore longtemps identifié au FRAPRU, les enjeux liés à l’habitation restent nombreux. Certes, le cheval de bataille de François Saillant, c’est le logement social envers et contre tout. Mais l’homme attire également l’attention sur la location à des fins touristiques, phénomène qui s’intensifie grâce aux plateformes numériques, et la menace éternelle que constitue la spéculation immobilière. Le « toujours plus haut, plus gros, plus cher », est une épée de Damoclès constante sur la tête des locataires. Quelqu’un toujours voudra ériger un Phare.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité