Mensonges du néolibéralisme

Par Les AmiEs de la Terre
Publié le 11 septembre 2018

Pourquoi tolérons-nous la pauvreté malgré la richesse de nos sociétés? Comment expliquer ce manque de solidarité envers les personnes les plus vulnérables, en particulier celles à l’aide sociale? Olivier Ducharme s’attaque aux politiques d’assistance sociale fondées sur le modèle de la « contrepartie », adopté par la majorité des pays occidentaux et imposant des conditions à quiconque veut s’en prévaloir. Ainsi, au Québec, l’État verse à la personne demanderesse une prime financière si elle participe à un programme d’insertion à l’emploi; dans le cas contraire, on va jusqu’à lui imposer des pénalités financières.

Dénonçant cette politique inique de la carotte et du bâton, Ducharme cherche du même souffle à réhabiliter l’image que nous nous faisons du « pauvre ». Remettant en question certains dogmes, comme le travail et l’argent, il plaide pour une aide sociale éthique, centrée sur la solidarité humaine et détachée de l’emprise du marché du travail. Contre les mensonges du néolibéralisme, l’heure est venue de défendre un droit inconditionnel à l’assistance sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité