Exploitation du pétrole en Gaspésie : pas de repos pour Junex

Par Kevin Ouellet
Publié le 26 juin 2018
Des manifestants affichent leurs bannières devant les portes du Château Bonne Entente.

Le jeudi 21 juin a eu lieu l’Assemblée générale annuelle de Junex au Château Bonne Entente de Québec.

Une dizaine de militants et de militantes ont fait savoir lors de cette assemblée que, partout où ils iraient, les activités de Junex seraient dénoncées.

Depuis le blocage du puits de forage Galt 4 en août 2017, la résistance locale s’est partout perpétuée contre les démarches extractivistes des pétrolières.

Au Camp de la Rivière et sur le territoire autochtone occupé de Gespegewagi, on a condamné ces pratiques pour le saccage auquel elles exposent le territoire et les ressources sur lesquelles repose l’économie locale.

Les autorités traditionnelles sur le territoire mi’gmaq du 7e district contestent aussi l’exploitation sauvage des lieux par Junex et d’autres pétrolières notoires, comme atteinte à l’intégrité des rapports avec les peuples autochtones sur leurs territoires non cédés.

Les militants et des militantes n’abandonneront pas la lutte et des procédures de plus en plus sérieuses sont en cours pour mettre fin au détournement politique qui a donné lieu aux projets d’exploitation pétrolière en Gaspésie.

Le chef traditionnel du territoire du district 7,  Gary Metallic, a affirmé cette semaine qu’ils sont maintenant fin prêts à soumettre à la Cour supérieure la revendication de leurs titres ancestraux autochtones. « We are getting ready to file a aboriginal title case this summer. They will hear from us. »

Autochtones et  écologistes poursuivront leur travail pour mettre fin à l’exploitation du pétrole en Gaspésie par l’entreprise Junex.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité