Entrevue avec une citoyenne de la rue de Normandie

Par Marc Boutin
Publié le 6 février 2018

Madame Monique Lapointe réside dans le secteur Saint-François d’Assise; elle a assisté à la séance du 17 janvier au Centre communautaire Jean-Guy-Drolet.

Comment décrire le secteur dans lequel vous vivez ?

Cela fait une trentaine d’années que des gens viennent s’installer à Limoilou et restaurent leur propriété. La densité s’est faite de manière progressive et à échelle humaine. Les gens sont fiers et attachés à leur quartier car ils ont contribué à sa mise en valeur. Limoilou est maintenant un quartier animé, dynamique où il fait bon vivre pour les familles, les enfants, les personnes âgées. Le quartier est loin de se vider de sa population. Aujourd’hui, l’école primaire de la 1ère Avenue déborde. On prévoit agrandir ou en ouvrir une nouvelle. Dans ce contexte, est-il pensable d’ériger une tour de dix-huit étages en face d’une école primaire, d’un hôpital et d’un édifice pour personnes âgées ? Poser la question, c’est y répondre.

Quelle importance a l’église pour le quartier ?

Le soir de la présentation au conseil de quartier, les gens ont exprimé leur attachement à leur église et leur paroisse. Nous aurions aimé que soient rendus publics le rapport d’analyse sur l’état du bâtiment et l’expertise patrimoniale de l’église. Pas certaine que l‘église soit en si mauvais état. La Ville et l’archevêché ne semblent pas intéressés au recyclage de l’église. Pourtant la restauration reste une possibilité tout à fait viable.

Votre réaction à l’idée de construire un édifice de dix-huit étages sur la 1ère Avenue ?

On veut faire table rase du passé et nous parachuter une horreur architecturale en plein cœur d’un quartier résidentiel. C’est comme si l’administration Labeaume avait repris le flambeau de la démolition et du développement sauvage qui prévalait au temps du maire Lamontagne.

Comment voyez-vous la suite?

Un groupe d’action s’est formé depuis l’assemblée du 17 janvier. Des actions citoyennes sont à venir, dont le dépôt d’une pétition au conseil municipal de Québec pour exiger le maintien du zonage actuel de cinq étages. Notre groupe veut également arriver avec des propositions de projets et faire valoir ses idées au conseil de quartier. Dans cet esprit, une nouvelle rencontre publique est prévue avec les citoyens du quartier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité