Des chiffres en faveur du marché du Vieux-Port

Par Nathalie Côté
Publié le 26 octobre 2017
1,2 million de personnes en moyenne visitent le marché chaque année.
Photo: Nathalie Côté

Le Comité citoyen du Vieux-Québec travaille depuis deux ans sur le dossier du marché du Vieux-Port. Il vient de rendre public deux documents en faveur du maintien du marché sur son site actuel, dont un rapport qui en démontre la rentabilité financière. Le comité propose aussi une série de mesures pour rajeunir le marché.

Le comité citoyen a fait un sondage auprès des quelque quatre-vingt commerçants du marché : la majorité d’entre eux veulent rester sur place et non déménager près du centre Vidéotron. Le rapport est signé par Hélène Long et Jean Rousseau. Selon Jean Rousseau (également colistier d’Anne Guérette aux élections municipales) : « Il n’y a que le maire Labeaume qui veut fermer et déménager le marché au Centre de foire. »

Un marché rentable

Le comité citoyen a rendu publics les rapports financiers de la coopérative des horticulteurs, l’organisme qui gère le marché. Selon ce rapport, 1,2 million de personnes en moyenne visitent le marché chaque année, et de 2009 à 2016, les revenus bruts sont passés de 860 000 $ à 1,386 million. Selon ces rapports le marché semble rentable.

Les problèmes de stationnement

Des marchands se plaignent, depuis des années, du problème de stationnement pour leurs clients. Le comité citoyen a constaté que la partie ouest du stationnement est constamment monopolisée par la Ville pour des activités spéciales à l’Espace 400e (les vins de Bordeaux et autres festivals de bière). Cette situation a été plus ou moins créée par l’administration municipale qui monopolise 200 espaces de stationnement lors de chaque événement spécial. La Ville nuit-elle au marché ? Selon monsieur Rousseau, « la Ville n’aide pas le marché en faisant ça ».

Proposition d’un rajeunissement

Jean Rousseau rappelle que ce marché près du bassin Louise donne une vue exceptionnelle sur Québec. « C’est le lieu de rencontre des cyclistes, des marcheurs, des promeneurs, des touristes », dit-il. Le comité citoyen propose plusieurs mesures pour améliorer le marché, rappelant que la Ville avait promis d’investir 5 millions en 2015 pour rénover les infrastructures. Ce qui n’a jamais été fait. Le comité citoyen propose de mettre en valeur la terrasse qui donne sur la marina et d’améliorer l’offre de cuisine et de restauration.

Cette partie du marché a, en effet, grand besoin d’être améliorée. Le comité propose aussi d’intégrer au marché une fruiterie, une boucherie ainsi qu’une boulangerie artisanale, ce qui permettrait d’offrir des aliments de base à longueur d’année. Le comité citoyen du Vieux-Québec propose donc d’investir dans le marché, plutôt que de le fermer.

De fausses études ?

Jean Rousseau souligne aussi qu’il y a eu beaucoup de faussetés répandues pour justifier la fermeture du marché, entre autres concernant de supposés problèmes à la structure du bâtiment que la Ville dit avoir décelés. Le comité citoyen n’a jamais pu avoir accès au rapport qui les prouverait et questionne même son existence.

Le comité propose aussi de créer un nouvel organisme à but non lucratif pour gérer le marché. Cette coopérative serait formée de marchands, de restaurateurs qui s’approvisionnent au marché et de citoyens, pour remplacer l’actuelle coopérative des horticulteurs (dont tous les marchands ne sont pas membres). Dans la perspective d’un déménagement du marché, la Ville compte d’ailleurs imposer des représentants de la Ville au sein du conseil d’administration de la Coopérative des horticulteurs.

Une marchande nous apprenait récemment que le déménagement du marché est remis à 2019. Est-ce une façon de tenter de calmer la grogne? Ou peut-être que cette fermeture n’aura finalement jamais lieu.

Personne ne veut la fermeture du marché

On peut s’interroger sur les motivations réelles d’une éventuelle fermeture du marché. N’est-ce pas pour accélérer la privatisation de cet espace public exceptionnel, se demande-t-on ? Sans parler des impacts sur le site d’éventuels projets immobiliers, hôtel ou tour à condos, toujours prisés par l’Équipe Labeaume. Jean Rousseau rappelle que cet espace ne peut avoir une autre fonction que celle d’un marché ou d’un parc, comme le prescrivait le gouvernement fédéral qui a cédé ces terrains à la Ville de Québec. C’est d’ailleurs sur cet argument que M. Marchand, candidat indépendant dans le district Cap-Blanc, se base dans la poursuite qu’il compte intenter contre la Ville pour contester la fermeture du marché.

Il n’y a que Labeaume qui veut déménager le marché. Au maire Labeaume s’est aussi ajouté le candidat Yvon Bussières dans Saint-Sacrement qui se présente comme indépendant. Bussières a changé son fusil d’épaule sur le dossier controversé. En échange, l’Équipe Labeaume n’a pas présenté d’adversaire à Bussières. Même si tous les partis politiques, sauf l’Équipe Labeaume, sont contre la fermeture du marché, se sont surtout les citoyens qui le défendent. Le Comité citoyen du Vieux Québec vient de le prouver.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité