Rassemblement en appui à Jaggi Singh contre une poursuite démesurée

Par Lynda Forgues et Nathalie Côté
Publié le 30 août 2017
«C’est important qu’il y ait un accueil dans des poursuites injustes», souligne une des manifestantes.

Une trentaine de personnes se sont rassemblées devant la cour municipale de Québec où se tenait l’audience de Jaggi Singh ce matin 30 août.

Répondant à l’appel du militant, les personnes étaient là pour dénoncer la seconde arrestation du militant suite à la contre-manifestation du 20 août dernier contre la mobilisation de la Meute.

Alors qu’il avait été arrêté et libéré quelques heures plus tard lors de la manifestation du 20 août, il a de nouveau été arrêté, le 29 août à Montréal et maintenu en détention depuis.

Il est maintenant accusé d’entrave et de personnification de Michel Goulet, un joueur des Nordiques de l’époque. Quelques personnes portaient d’ailleurs des chandails des Nordiques pour affirmer, non sans humour, leur solidarité avec l’activiste antiraciste Jaggi Singh.

«C’est important qu’il y ait un accueil dans des poursuites injustes», souligne une des manifestantes. «Je m’inquiète que son procès soit si médiatisé. Cela risque d’en faire un symbole et qu’on le condamne pour en faire un exemple» précise-t-elle.

«C’est la stratégie de l’extrême-droite, de personnaliser le débat», ajoute La jeune femme qui y voit un danger. La poursuite s’est opposée à sa libération ce matin, sous prétexte que l’activiste «représente un danger pour la société»; par la suite, M. Singh a demandé conseil à un avocat.

Quelques personnes présentes ont l’intention de revenir sur place à la reprise de l’audition pour remise en liberté, à 13h30, alors que Jaggi Singh, qui se défend lui-même, a demandé que cette audience ait lieu devant un juge qui comprenne l’anglais, sa langue d’usage.

Les conditions que la poursuite compte exiger pour la remise en liberté dépassent la norme en ce genre d’affaires. Alors que le maire Labeaume a exigé que Jaggi Singh soit exclu de la ville de Québec au lendemain des manifestations, peut-on se demander si cette intervention judiciaire répond à une commande politique à la veille des élections municipales à Québec ?

 

 

Commentaires

  1. Euh quand a la télévision tu fais le fanfaron d’avoir niaisé par un mensonge les policiers qui te demandent de d’identifier Et comme doit le faire tout citoyen respectueu de l’ordre publique ….Fais pas la vicitme.
    Personne est au dessus des lois…Hormis que vous croyez le contraire et que vous vous placez au des lois. Et faire peurs aux citoyens comme il s’en vante … Un matamore de cours d’école rien de plus.

  2. Maggi Singh utilise des personnes pleines de bon sentiments et les utilisent par la suite à leur insu pour diviser et détourner les mouvements sociaux québécois.

    Il n’est pas antiraciste puisqu’il s’est offusqué d’avoir été classé comme « blanc » dans le rapport de police. Ce qui, pour un anti-québécois tel que Maggi, est très conséquent puisqu’il refuse toute identité culturelle et nationale aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité