Le chantier des possibles : les gens de Québec interpellés par le film

Publié le 13 décembre 2016
Danielle Papillon intervenant lors du débat à la suite de la projection du film Le chantier des possibles.
PHOTO: Ève Lamont

Par Nathalie Côté

Ève Lamont a présenté son film Le chantier des possibles au Musée de la civilisation à Québec, le 9 décembre dernier, devant une centaine de personnes. Le documentaire (voir un extrait) témoigne de la lutte remarquable d’un groupe de personnes âgées pour la création d’un centre autogéré de logements à prix modiques dans le quartier Pointe-Saint-Charles à Montréal; le film rend compte aussi de la lutte d’un groupes de citoyens pour la transformation d’un bâtiment industriel abandonné en espace culturel, toujours dans le même quartier, lutte qui transcende les enjeux hyper-locaux. Plusieurs personnes de l’assistance ont été touchées par les propos du documentaire.

Suite au film, un débat a eu lieu en présence de trois panélistes. Marc Boutin a parlé de l’histoire des luttes citoyennes à Québec et a rappelé que ces luttes ont façonné la ville, bien plus que les projets des promoteurs; notamment, il a relaté le combat contre la construction d’une autoroute devant traverser le quartier Saint-Jean-Baptiste et qui aurait défiguré le faubourg.

On a pu également entendre Marie-Ève Duchesne du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste qui a parlé des enjeux actuels entourant l’avenir du terrain où était situé le Patro Saint-Vincent-de-Paul. Un promoteur compte toujours construire un hôtel sur le terrain à l’abandon depuis quelques années. Les gens du quartier sont contre ce projet, selon un sondage effectué par le comité.

Éric Martin, travailleur au Comité des citoyens et des citoyennes du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS), a rappelé les enjeux récents sur lesquels le comité citoyen a travaillé, en plus du récent combat contre la démolition du Centre Durocher. Il a rappelé la contestation de la fermeture d’une caisse populaire dans le quartier menée par son comité.  Il a souligné, d’autre part, la lutte contre la fermeture du sans rendez-vous de la clinique médicale Saint-Vallier menée par des citoyennes du quartier.

Présente dans le public, Danielle Papillon, une militante engagée dans la lutte pour conserver le Centre Durocher, a pris la parole pour partager son expérience. Danielle Papillon fait partie des dizaines de citoyennes et de citoyens du quartier qui ont mené la lutte dans Saint-Sauveur et qui ont réussi à convaincre le CCCQSS de  s’engager dans ce combat.

Une citoyenne de Québec a parlé de la mobilisation actuelle contre le dézonage des terres agricoles des Sœurs de la charité, que le groupe Dallaire veut transformer pour y construire des condos. Un projet majeur que seulement des gens déterminés pourront faire reculer.

Le film Le chantier des possibles donne de l’espoir en montrant que la mobilisation donne des résultats, que seule la lutte peut donner la victoire, lorsque les citoyens d’un quartier s’organisent et persistent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité