La démocratie fout le camp…. Labeaume se pète les bretelles

Par Marc Boutin
Publié le 16 juin 2016
Caricature de Régis Labeaume faite par Mercader.
Caricature de Régis Labeaume faite par Mercader.

Labeaume voudrait tuer le centre-ville qu’il n’agirait pas autrement. Il voudrait se venger du centre-ville, puisqu’il n’y est pas populaire, qu’il n’agirait pas autrement. Fermetures ou déménagements annoncés du Marché du Vieux-Port, de l’Hôtel-Dieu de Québec, de la Centrale de police, démolition du Centre Durocher et, sundae sur la cerise, démantèlement d’un des piliers de la démocratie locale, le droit au référendum. Le référendum, c’est important en milieu urbain, c’est au centre-ville qu’on l’utilise le plus.

Les promoteurs sont morts de rire, le zonage c’est fait pour être transgressé et Régis se pète les bretelles. Prenons un exemple, le Marché du Vieux- Port. Une des raisons que donne le maire pour quitter l’emplacement actuel, ce sont les difficultés de stationnement. Mais selon nos sources, ces difficultés ne viennent pas du site mais bien de la Ville elle-même. Ça n’est pas d’hier que la Ville cherche noise aux maraîchers du Marché du Vieux- Port.

On nous a confié que la Ville tend depuis longtemps à restreindre les possibilités de stationnement. On donne des vignettes à des travailleurs des alentours qui occupent des places toute la journée dans les stationnements. Souvent le samedi (grosse journée pour les marchands) le stationnement de l’est est complètement accaparé par d’autres activités. L’autre stationnement, celui de l’ouest, devient alors un véritable entonnoir ce qui éloigne une partie de la clientèle.

Autre embuche qui rend périlleux l’accès aux piétons, la Ville a placé la piste cyclable devant l’entrée principale du marché, ce à quoi s’opposait l’association des marchands et alors que cette piste fonctionnait très bien du côté du bassin Louise.

Il faut le rappeler, lorsque le gouvernement fédéral a cédé le terrain à la Ville, c’était à la condition qu’il soit utilisé pour un marché ou un jardin floral. Par la suite, une fois que la Ville s’est engagée à construire un édifice, les marchands ont investi 300 000 $ dans ce qui appartenait à la Ville.

Il n’est pas surprenant que certains producteurs veulent quitter le Vieux-Port pour l’ancien Palais du commerce près du Centre Vidéotron, ils pensent y retrouver une clientèle perdue au fil des années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité