Centre Durocher: Les gens de Saint-Sauveur ne lâchent pas le morceau

Publié le 12 mai 2016
Centre Durocher Photo: Marc Boutin
Centre Durocher               PHOTO – Marc Boutin

Par Pierre Mouterde

 

C’était il y a plus d’un mois, le lundi 4 avril, au Conseil municipal. Des citoyens et citoyennes de Saint-Sauveur faisaient entendre une fois de plus leurs inquiétudes quant à la démolition du Centre Durocher. Et là, surprise : pendant que le maire ne cachait plus son agacement en mélangeant allègrement « Conseil de quartier et Comité de citoyens », la conseillère Julie Lemieux annonçait que la Ville était maintenant prête à envisager l’installation d’une bibliothèque au rez-de-chaussée de l’édifice abritant le projet de logements sociaux prévu par la Ville, une fois le Centre Durocher démoli. Quant à Chantal Gilbert, elle concluait en disant : « j’espère qu’avec ça, vous allez être contents ». Mais que faut-il penser de toutes ces déclarations?

En fait, comme on le murmure au Comité des citoyennes et des citoyens du quartier Saint-Sauveur (CCQSS), nombreux sont ceux qui pensent que ce soir-là, « un point a été marqué », mais sans que ce soit pour autant terminé. Car le Comité demande toujours une maison de la culture dans les murs du Centre Durocher, pendant que la Ville, elle, sans même avoir terminé son étude de besoins quant à la nécessité d’une bibliothèque dans le quartier, se dit soudainement prête à en installer une dans ce nouveau projet de logements sociaux, en n’expliquant ni le pourquoi, ni le comment et en prônant toujours la démolition.

La Ville a tout fait à l’envers

À y regarder de près, la Ville semble improviser et tout faire à l’envers. Ainsi a-t-elle obtenu un permis de démolition, avant de mener une véritable étude de besoins en la matière. Et quand elle s’est décidée à en faire une (suite aux pressions des citoyens), elle a pris tout à coup le taureau par les cornes sans attendre que cette dernière soit terminée, en annonçant soudain publiquement ce nouveau projet de bibliothèque, construite à même l’édifice de logements sociaux.

Du côté du Comité, on reste serein et on garde le cap : « à chaque fois qu’on va au Conseil de Ville, on fait des gains ». Le Comité va donc continuer ses pressions médiatiques et engranger des appuis qui ne cessent de croître pour doter le quartier Saint-Sauveur d’une maison de la culture sise au Centre Durocher : il peut compter maintenant sur l’appui du Conseil de quartier, du Conseil des régions de Québec et de Chaudière Appalaches, d’Action patrimoine (reconnaissant le caractère patrimonial du bâtiment du Centre Durocher), mais aussi sur celui d’une cinquantaine de commerces du quartier et d’une quinzaine d’organismes communautaires, dont le Centre des femmes de la Basse-Ville, Jeunes musiciens du monde, Atout lire, l’Association pour la défense des droits sociaux, etc.

Un comité ad hoc pour faire face à toute éventualité

Il sera difficile de dire après ça que ce projet ne bénéficiait pas d’une véritable « acceptabilité sociale ». Il ne reste plus qu’au maire Labeaume à en prendre acte et à changer son fusil d’épaule. Tout reste donc encore possible ! Et cela d’autant plus que le Comité des citoyens et des citoyennes du quartier Saint-Sauveur continue à travailler d’arrache-pied sur ce dossier. Un sous-comité ad hoc (réunissant habitants du quartier, militants, personnalités, etc.) a même été créé pour planifier les actions à venir et élargir les appuis déjà existants afin de parer à toute éventualité, quelle qu’elle soit. Comme jamais au  CCCQS, on sent que la cause de la maison de la culture en est une qui devient chaque fois plus populaire et qui mérite qu’on la défende jusqu’au bout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité