MATV: Avec 23 millions de dollars, on pourrait changer le monde

Publié le 13 avril 2016

TV and cords

Par Pierre Mouterde

Vingt-trois millions de dollars, c’est la somme que reçoit actuellement le groupe Québecor pour produire 180 programmes de télévision dite « communautaire » sur les ondes des neuf chaînes de MAtv. Il s’agit de 23 millions qui sont, en principe, selon des règles émises par le CRTC, destinés au financement de la télévision communautaire indépendante au Québec, mais sur lesquels l’empire Péladeau a pu mettre la main, détenant ainsi en toute légalité une licence de télévision communautaire.

Oui, oui vous avez bien lu : Québecor détient une licence de télévision communautaire pour le Québec et bénéficie de plus de 20 millions de dollars à ce titre.

Cela veut dire que des fonds importants destinés au développement de la télévision communautaire à but non lucratif au Québec, sont actuellement accaparés et monopolisés par une multinationale québécoise. Et cela, même si le CRTC — suite à une plainte déposée en 2014 par la « Télévision Communautaire et indépendante » (TVCI) de Montréal — a reconnu que Québecor ne répondait pas aux exigences en la matière et lui prescrivait de s’y soumettre avant août 2015.

Rien n’a vraiment été modifié

Or, c’est ce dont la télévision communautaire et indépendante de Montréal (TVCI) a pu faire la preuve : du côté de Québecor rien de fondamental n’a été modifié au niveau de MAtv depuis cette date. Et cela, tant en termes d’émissions produites localement par les gens du milieu qu’en termes d’expression de la diversité culturelle ou encore de la place des peuples autochtones.

Il y a donc ici une scandaleuse appropriation de fonds qui — destinés originairement au soutien de médias communautaires — ont pu atterrir dans les poches d’une des plus grosses fortunes du Québec qui, soit dit en passant, est en même temps un des 2 grands groupes de presse (avec la famille Desmarais) qui contrôle la totalité du paysage médiatique québécois.

Il serait donc temps que ça change, et au moins que ces sommes provenant de redevances payées par les câblodistributeurs, reviennent à ceux et celles pour qui elles ont été pensées au point de départ.

À  quand une télé communautaire indépendante à Québec ?

On a jusqu’au 15 avril pour envoyer à ce propos des lettres de plainte ou des commentaires au CRTC, organisme fédéral qui devra par la suite statuer en la matière. Après tout beaucoup se plaignent d’une information chaque fois plus uniformisée et soumise aux diktats de la concentration des grands moyens de communication et d’information contemporains.

Ne serait-ce pas là l’occasion de reprendre en main ce qui nous appartient de droit, et de bâtir enfin une véritable télévision alternative qui soit au service de tous et toutes ?

À quand donc une véritable « télévision communautaire et indépendante » pour la ville de Québec ? Avec ne serait-ce qu’une partie de ces 23 millions, il serait possible en matière d’information de faire des prodiges, en somme de se donner un peu plus les moyens de commencer… à changer le monde. Ça vaut la peine d’y réfléchir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité