À Québec: mobilisations pour une lutte commune

Publié le 28 octobre 2015
crédit photo : Nicolas Phébus
crédit photo : Nicolas Phébus

Par Nathalie Côté

Mercredi soir le 27 octobre avait lieu une marche couronnant une journée d’actions diverses des syndicats de la région de Québec. Pendant toute la cette journée,  des milliers de profs et de travailleuses et travailleurs du secteur public ont manifesté leur désaccord avec les politiques d’austérité du gouvernement Couillard.

Le Conseil de grève a mobilisé quelques centaines de militantes et militants étudiants, communautaires et syndicalistes. Ils ont marché en soirée dans les rues de la basse-ville (voir vidéo) arrêtant ici, devant une école primaire de Saint-Roch, là devant un centre hospitalier où se tenait un piquet de grève, et encore devant un organisme communautaire en alphabétisation de Saint-Sauveur.

Le conseil de grève multiplie ses actions

Dimanche dernier, le Conseil de grève perturbait un brunch des associations libérales (voir vidéo)  des circonscriptions de Québec  en s’introduisant dans la salle de la rencontre avec une bannière dénonçant l’austérité. Ce groupe de militants, réunissant des gens de différents secteurs, vise à conjuguer les forces et apporte une voix originale à la lutte actuelle contre l’austérité.

En outre, le 27 octobre, le Conseil de grève s’est associé à CKIA 88, 3 FM  et diffusait sur ses ondes, une journée entière consacrée à la grève ; «Radio-grève» a prouvé qu’il n’y a pas juste de la radio poubelle à Québec, mais aussi une radio plus belle!

Communautaire précaire : mobilisation des 2 et 3 novembre

C’est plus de 1200 groupes communautaires à travers tout le Québec qui ont voté des jours de grève lundi et mardi prochains. À Québec, la majorité de la quarantaine de groupes communautaires de la région de Québec et Chaudière-Appalaches, membres du Répac, ont voté pour ce moyen de pression.

« On ne sait même pas si on sera capable de boucler le budget de l’année en cours. Après le 31 mars, c’est le noir total, on ne nous dit rien. Ce gouvernement est complètement décroché de la réalité des groupes communautaires. Il nous prend pour de la main-d’œuvre à bon marché et bafoue littéralement l’importance de notre mission d’éducation populaire, de défense de droits, de prévention», s’indigne Vania Wright-Larin, porte-parole du regroupement.

Le 2 novembre, les groupes participeront à des zones de grève, feront des distributions massives de tracts et des actions surprises. Le 3 novembre, les groupes du Répac organisent une zone de grève collective qui se tiendra dès 14h00 à la Place de l’Université-du-Québec (coin Charest et de la Couronne). Une soupe populaire sera servie dès 17h.

Une manifestation se mettra en branle à 18h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité