Ritalin: encore du profit pour les pharmaceutiques

Publié le 22 septembre 2015
ST -ONGE, Jean-Claude Traduit de l'anglais par Nicolas Calvé TDAH ? Pour en finir avec le dopage des enfants Éditions Écosociété Année : 2015 180 pages
ST -ONGE, Jean-Claude
Traduit de l’anglais par Nicolas Calvé
TDAH ? Pour en finir avec le dopage des enfants
Éditions Écosociété
Année : 2015
180 pages

Par Les AmiEs de la Terre

Votre enfant a beaucoup d’énergie, trop même, aux dires des instituteurs et des institutrices ? Il est parfois distrait, impulsif ou colérique ? Vous vous reconnaissez vous-même dans un de ces comportements ? Le diagnostic de Trouble de déficit d’attention et d’hyperactivité (TDAH) et son corollaire, l’ordonnance de psychostimulants tels le Ritalin ou le Concerta, vous guettent.

En attribuant cette étiquette à un enfant ou à un adolescent, que veut-on véritablement « soigner » ? Ne serions- nous pas plutôt en train de surmédicaliser des comportements normaux d’enfants et d’adolescents qui réagissent aux différents événements de la vie ? Entre la prise en compte de l’environnement social et économique de l’enfant et le dérèglement chimique du cerveau comme explication des comportements, l’industrie pharmaceutique, elle, a depuis longtemps choisi son camp, entraînant avec elle la vaste majorité des médecins de famille. Mais qui croire ? Un médicament qui permettrait à votre enfant d’avoir de meilleurs résultats scolaires et d’être plus tranquille, n’est-ce pas tentant ? L’industrie pharmaceutique, dont le taux de profit oscille entre 10 et 42 %, exploite abondamment cette corde sensible.

Reprenant à son compte la devise d’Hippocrate, « d’abord ne pas nuire », Jean-Claude St-Onge estime qu’il est grand temps de faire barrage à la capacité de nuisance de l’industrie pharmaceutique pour en finir avec le dopage des enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité