Jean-Claude Gagnon: Trente ans de poésie

Publié le 21 juin 2015

Par Jean Coulombele beurk0poneh0027

Aujourd’hui, l’homme arpente à pas hésitants les rues de son quartier, le faubourg Saint-Jean-Baptiste à Québec. Les gens le dévisagent parfois, le croyant à tort en état d’ébriété. Or, Jean-Claude Gagnon est plutôt atteint de la maladie de Huntington, une maladie dégénérative rare affectant l’ensemble de ses mouvements. Chaque jour se présente donc comme un combat pour rester mobile et demeurer alerte. Il refuse de se cloîtrer chez lui, même s’il dit craindre un peu les grandes foules; mais, son sourire reste son meilleur passeport et la création poétique, la musique et l’art demeurent ses armes de choix.

Aussi connu sous le surnom de L’Abobinable Homme des Lettres, Jean-Claude continue d’exercer ses disciplines en dépit des embûches. Comme il le dit lui-même : « Je vais créer jusqu’au bout et mourir en créant». À ses yeux, le passé est seul garant du présent et l’aide à s’y accrocher. Le fait de continuellement se nourrir de culture constitue, selon lui, son principal médicament. Jean-Claude Gagnon est né en 1947; son père était garde-forestier. Il a passé toute son enfance en forêt, y recevant même son éducation primaire. Il est depuis sorti du bois, mais on dit que le bois n’est jamais sorti de lui et la poésie non plus! Un long parcours l’attendait.

Après l’abandon de ses études secondaires, suivent quelques années d’errance à Montréal à la fin des années 60. Il entre ensuite au CEGEP à Jonquière, puis entreprend des études en philosophie à l’Université Laval. Il avait, entretemps déjà amorcé ses expériences artistiques et musicales. Depuis son arrivée dans la région de Québec dans les années 70, il constitue une véritable dynamo artistique pour la scène musicale alternative et l’art contemporain de la Capitale.

Un poète rocker

D’ailleurs, comme le souligne Guy Sioui- Durand, J.-C. est un rocker d’exception. Son complice Denis Belley, musicien, poète et accompagnateur depuis les 37 dernières années nous rappelle que Jean-Claude fut aussi un personnage et un parolier, subversif autant qu’ironique, au sein du groupe Carnivore. Il aimait bien se déchaîner sur scène, souvent déguisé en explorateur de la jungle, lors de spectacles qui ont marqué la scène locale. Qui d’autre que J.-C. aurait pu chanter, un soir de parade du Carnaval de Québec : « Carnivore Carnivore Carnivore à Québec c’est tout un rôti de porc ». Denis a d’ailleurs accompagné Jean-Claude au sein de ce groupe mais aussi dans le cadre de diverses performances artistiques et de lectures de poésie, et il continue de le faire. Des influences de Zappa, de Captain Beef Heart, même si les gens voyaient en eux un groupe punk, Carnivore était vraiment un groupe inclassable, et les paroles de Jean-Claude ajoutaient une touche de poésie surréaliste et humoristique.

L’Abobinable Homme des lettres offre toujours de solides performances poétiques, comme l’année dernière au Festival international de musique universelle à Trois- Rivières, ou lors des soirées Faubourg en poésie (organisées chaque troisième vendredi de chaque mois par Réparation de poésie, à la Librairie Saint-Jean-Baptiste). Il s’accompagne à l’harmonica, récite ses textes incomparables, parfois soutenus par des projections vidéos, laissant ainsi le public ébahi qui en redemande… Un vidéo- poème de lui fut même présenté au Panorama de la Vidéo-poésie du Québec au dernier Festival de poésie de Montréal en mai dernier. J.-C. a aussi réuni, loin des subventions et de la reconnaissance publiques, un vaste réseau international de Mail-Art qui a produit depuis 30 ans plus de 25 livres d’art générant un vaste rayonnement méconnu de plusieurs, mais qui a néanmoins mené l’art postal à un sommet. Les participants, tant locaux qu’étrangers, font parvenir leurs œuvres d’art et leurs poèmes qui seront ensuite distribués dans une quarantaine de boîtes, peintes par des artistes différents. En retour, chacun des participants reçoit un « livre-boîte » illustré contenant l’ensemble des œuvres. Il s’agit d’une réalisation remarquable qui contribue à l’international au rayonnement artistique de la région de Québec.

Lancement de la 26e édition

Réparation de poésie prépare d’ailleurs sa vingt-sixième édition cette année. Le six août prochain, au Centre d’art actuel le Lieu à Québec, aura lieu le vernissage de l’exposition du 26ième Livre de Réparation de poésie « Mémoires en réparation », accompagné d’une rétrospective des livres précédents et d’une installation vidéo. Une soirée de performances poétiques réunissant collaborateurs actuels et passés soulignera ce remarquable exploit artistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité