À la défense du Marché du Vieux-Port

Publié le 19 juin 2015
Vendeuse et cliente sont d'accord: pas question qu'on parte.  Photo: Nathalie Côté
Vendeuse et cliente sont d’accord: pas question qu’on parte.
Photo: Nathalie Côté

Par Nicole Moreau

Depuis l’annonce d’un éventuel déménagement du marché du Vieux-Port, les gens de Québec s’organisent pour conserver ce service de proximité essentiel pour la vitalité du centre-ville.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a annoncé au printemps, que le Marché du Vieux-Port serait déménagé vers Expo Cité. Cela coïncide avec la diffusion par les médias, en avril dernier, des conclusions du rapport du groupe de travail sur l’avenir d’Expo Cité, présidé par Daniel Gélinas. Il y était notamment proposé d’y aménager un marché public.

La pétition

Le déménagement du Marché du Vieux- Port semble incompréhensible pour la plupart d’entre nous. Il y a quelques mois, une citoyenne avait lancé une pétition réclamant le maintien du Marché du Vieux- Port sur son emplacement actuel. Cette pétition a été reprise par des groupes qui se sont constitués en coalition afin d’atteindre cet objectif.

Au début de juin, plus de 10 000 personnes avaient signé cette pétition. Bien des acteurs se sont prononcés dans le même sens, on peut évoquer, entre autres, la Société de développement commercial du Vieux-Québec, le comité de citoyens du Vieux-Québec, le conseil de quartier du Vieux-Québec, les Ami(e)s de la terre. Les restaurateurs du quartier estiment que le Marché représente un élément essentiel, tant pour la vie du quartier dans lequel ils sont implantés, que pour le fonctionnement optimal de leur entreprise. Le Marché du Vieux-Port est aussi un attrait touristique très fréquenté et apprécié par les gens de la région et par les touristes provenant de l’extérieur de celle-ci.

Pour l’achat local

Déménager le Marché, c’est mettre un terme à des services de proximité facilement accessibles à pied pour les résidents du quartier, des tels services représentent un gage de qualité de vie pour les citoyens et pour plusieurs acteurs du secteur. Le Marché est un commerce économiquement viable, les producteurs y offrent des produits et s’inscrivent dans la tendance forte des consommateurs de privilégier les achats locaux. Le Marché représente un attrait touristique indéniable qui contribue à la mise en valeur des produits du terroir et au dynamisme économique de l’ensemble du centre-ville.

Que cache l’équipe Labeaume?

La Ville a vraisemblablement effectué certaines études dans ce dossier, mais il n’a pas été possible d’y avoir accès, ce qui semble étonnant pour une ville qui se veut « ouverte ». Non seulement l’offre alimentaire dans le secteur où la Ville entend transférer le Marché est déjà abondante, songeons par exemple aux commerces de la rue Soumande, mais encore cette offre semble s’accroitre de façon importante, notamment avec l’ouverture du Frigo, une épicerie entrepôt, mais aussi le Wal-Mart qui offrira des produits frais sous peu.

On peut s’interroger sur la réelle volonté de l’équipe au pouvoir à Québec d’amener de nouveaux résidents au centre-ville, tout en éliminant de ce quartier stratégique des services de proximité, obligeant ainsi les citoyens à utiliser leur automobile pour aller s’approvisionner à l’extérieur du quartier. À moins, bien sûr, que la vocation imaginée pour le Vieux-Port soit d’abord et avant tout d’accommoder les touristes ou les croisiéristes ?

Des pétitions circulent au marché du Vieux-Port, dans plusieurs commerces du quartier et en ligne : http://t.co/WGGBrKGIYJ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité