Quartier Saint-Sauveur : Flavien Durocher l’indigné

Publié le 15 mai 2015

Satue de Flavien Durocherpar Michael Parrish

Depuis maintenant 65 ans, le Centre Durocher est une source de fierté et d’appartenance pour les gens de Saint-Sauveur.

L’édifice du Centre Durocher a aujourd’hui une valeur de 2,25 millions et les propriétaires défraient les taxes municipales correspondant à cette évaluation. L’immeuble à logements qu’on propose de construire aurait une valeur de près de 15 millions et rapporterait à la ville beaucoup plus de taxes, et ça sans investissements en infrastructure. À quoi ces nouveaux revenus serviraient-ils? À payer l’élargissement de l’autoroute Henri IV? Ou encore celui du boulevard Charest? À la démolition du Colisée Jean Béliveau et sa transformation en stationnement? À l’entretien à l’année de la côte Gilmore? Bref tout pour la voiture et l’industrie pétrolière et si peu pour les services de proximité ni pour la revitalisation de la rue Saint-Vallier. Tous les citoyenNEs, qu’ils soient propriétaires ou locataires, commerçants ou organismes communautaires, paient les taxes municipales et tous ont voix au chapitre en ce qui concerne les choix de société.

Notre conseillère municipale, Chantal Gilbert, tente de nous faire croire qu’elle veut notre bien en rasant le centre Durocher et en étouffant le parc avec du résidentiel tout neuf. D’accord pour le déménagement des loisirs sur la rue Raoul-Jobin si les usagers y trouvent leur compte, mais totalement en désaccord avec la démolition du centre et la perte d’un lieu public si bien situé. Les 16,000 résidents, les centaines de commerces, les douzaines d’organismes communautaires, et les 3 écoles primaires de St-Sauveur méritent d’être considérés comme les contribuables de la vitalité civique et non comme des vaches à lait pour nourrir les ambitions démesurées de «l’équipe Labeaume». Le mépris de l’administration municipale pour les quartiers centraux au profit d’une banlieue en croissance exponentielle est déplorable.

La bâtisse du Centre Durocher est usée et a besoin d’une mise à la norme, mais elle est aussi utilisable telle quelle et immédiatement. Une Maison de la Culture servirait de pôle d’attraction pour un coin de la ville qui en a grandement besoin et sera créatrice d’emplois de qualité. Il est important de sauver un pan incontournable de notre patrimoine et de recréer le lien parc/centre communautaire.

Il est encore temps de refuser le projet de logements sociaux sur notre place publique et de voir ce que nous pouvons faire pour améliorer la qualité de vie de l’ensemble de notre communauté. Et du même coup, calmer l’indignation de Flavien Durocher, premier curé de Saint-Sauveur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité