Grève du communautaire : avec fierté, mais la rage au cœur

Publié le 17 avril 2015

Par Gilles Simard

des enfants s'ébrouent avant le départ de la manif anti austérité le 29 nov. 2014 à Québec
des enfants s’ébrouent avant le départ de la manif anti austérité le 29 nov. 2014 à Québec

Il y a plus de quarante ans, déjà, que je navigue dans les eaux tumultueuses du communautaire et ce, à titre de militant, d’administrateur ou de permanent. Le premier mai, au seuil d’une semi-retraite, c’est le cœur rempli d’émotions que je me joindrai à la grande vague de grève des milliers de travailleurs-euses de ce mouvement typiquement québécois. Oui, je marcherai avec beaucoup de fierté, mais j’aurai aussi la rage au cœur… et le feu ailleurs.

« Un esprit de charité ridicule »

Ma fierté, c’est de voir enfin les groupes du communautaire se reconnaître et se respecter socialement en se donnant pour la première fois en quarante ans, le droit à la grève. Le droit de continuer à faire œuvre utile, mais dans de meilleures conditions, celles dont un peu tout le monde souhaiterait bénéficier.
Ainsi, dans un monde communautaire idéal, ç’en serait vraiment fini de la précarité, des salaires ridicules, des horaires impossibles, de l’insécurité à tous les paliers, du misérabilisme ambiant et du long lamento à l’année longue pour obtenir des miettes de subvention. Une situation détestable à souhait qui faisait déclarer à madame Rose Dufour, fondatrice à Québec de la maison de Marthe (femmes prostituées), à l’issue d’une harassante campagne de financement:
« On vit encore dans le même esprit de charité qu’au XVIIIe siècle, c’est ridicule. La société trouve normal que les organismes communautaires soient pauvres, que leurs employés ne soient pas payés à moitié, comme si on devait rester dans un état de pauvreté permanent. En même temps, on attend tout de nous. On doit être des entrepreneurs, mais pour cela, il faut avoir les moyens. » (Le Soleil, 9 mars 2015)

Une véritable hécatombe

Ma rage, elle, provient de ce que les comptables du parti libéral, ivres d’austérité et dopés qu’ils sont par les sondages et la clameur populiste, ne semblent pas vouloir arrêter de sitôt leur carnage. Une véritable hécatombe se poursuit, et dans le sabrage des budgets de fonctionnement des groupes communautaires, et dans l’odieux et révoltant démantèlement des services publics de l’État. Un saccage tout à fait gratuit, inutile, au nom de cette fallacieuse idée d’austérité, qui pourrait nous coûter encore beaucoup plus cher que le virage ambulatoire raté de Lucien Bouchard et ses lucides, il y a vingt ans. Une autre catastrophe, celle-là, sous prétexte de déficit zéro. Décidément…

Apprendre à marquer des buts

Personne ne dira le contraire, les milliers de groupes communautaires du Québec constituent une richesse humaine et sociale inestimable en matière de défense de droits et de services directs et indirects à la population. En revanche, il leur faudra apprendre à « scorer » politiquement, s’ils veulent survivre aux lubies de privatisation des uns et à l’incurie sociale et politique des autres.
Ainsi, c’est bien d’occuper l’espace politique avec une loi telle la loi 112, « La loi visant à exclure la pauvreté et l’exclusion sociale », mais encore faudrait-il que le mouvement puisse compter sur plus d’éluEs pour rendre ce genre de lois applicables (dotées de mesures efficientes) et appliquées en toutes circonstances. Je parle ici des David, Massé, Khadir et autres Camil Bouchard (ex-P.Q.) de ce monde.

Le duo Coiteux-Leitao

Quant aux fantasmes de privatisation de certains, j’en veux pour preuve le tandem Coiteux-Leitao qui souhaitait il y a peu déménager dans la cour du communautaire des services issus de la première ligne de la Santé et des Services sociaux (CLSC et autres). Non mais, des fois! Déjà que les groupes s’arrachent le cœur à cause de la non reconduction de programmes et des multiples coupes (logement social, prévention, garderies, toxicomanie, itinérance, etc.
Dans la foulée, on peut certainement dénoncer aussi les effets dramatiques du sous-financement chronique chez les groupes communautaires. Pensons par exemple aux 225M$ qui constituent le manque à gagner annuel des quelque 3000 organismes autonomes en Santé et services sociaux de la province. Imaginez : cette somme fait à peine le cinquième du 1.2 milliard de dollars d’augmentation de salaire (sur deux ans), qu’on a si généreusement consenti aux médecins de la province. Quand on parle d’inégalité sociale!
Le premier mai, je paraderai avec beaucoup de fierté mais rempli d’une légitime colère. N’empêche, le mouvement communautaire étant la propriété du peuple québécois, et non celle des libéraux, je marcherai aussi avec l’espoir d’un réel changement pour la génération qui suit.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité