Le 8 mars à Québec: Femmes en marche pour l'égalité, solidaires contre l'austérité

Publié le 13 mars 2015
Marche du 8 mars à Québec.
Marche du 8 mars à Québec.

Par Lynda Forgues

Cette année, la marche du 8 mars à Québec a connu un franc succès, rassemblant d’abord plus de 500 féministes, en face des bureaux du Ministère de l’emploi et de la solidarité sociale. Des bannières et banderoles déroulaient des messages tels que « Résistance solidaire, féministes en colère », « Les femmes contre l’austérité » ou encore « Les femmes refusent de se serrer la ceinture ».

Soulignons que plusieurs groupes participant à l’activité avaient créé des bannières artisanales et originales sur un thème féministe. Cela produisait un effet coloré rappelant le printemps étudiant, très différent en tout cas des manifs formatées avec des pancartes toutes pareilles, ou alors de celles où on n’a pas le droit d’apporter nos pancartes ou couleurs.

Pas de doute, la Coalition régionale de la Marche mondiale des femmes a fait un intense travail d’organisation, sur la base que l’austérité nuit davantage aux femmes et qu’il est nécessaire de se mobiliser contre ces politiques.

Accompagnée de la fanfare Tint(A)Nar, la foule a pris le boulevard René-Lévesque, la rue Cartier et la rue Saint-Jean pour terminer sa marche à l’église Saint-Jean-Baptiste, avec notamment une prise de parole de Donna Larivière pour une solidarité avec les familles des 1 100 femmes autochtones assassinées et disparues. Un brunch non-mixte avec enfants, permettant le partage et la discussion, a par la suite réuni les femmes pour quelques heures.

Cabaret du 8 mars

Dans la soirée, le Cabaret du 8 mars, une tradition annuelle des féministes de Québec, se déroulait au bar coop L’AgitÉe, une soirée non-mixte, comme il se doit. Tel que promis, après le buffet végé servi en début de soirée, la scène dès 20h nous a fait applaudir, rire, crier, nous émouvoir, chanter, avec entre autres, Bot’ à Brak, Anne-Marie Bouchard, Djette Rif et Tint(A)nar.

Une féministe de Subvercité nous a aussi annoncé un super concours auquel participer, pour décerner un prix jambon à une vedette « pour son dévouement exceptionnel à l’atteinte à l’égalité et à la cause des femmes dans la région de Québec ». Marie-Noëlle Béland a animé la soirée avec un quizz de connaissances générales sur les féministes québécoises. Le 3ème numéro du webzine Françoise Stéréo, portant sur la colère, a été lancé en grande pompe durant cette enlevante soirée.

Vers 23h, les tables et les chaises ont été déménagées afin de laisser place au défoulement par la musique et la danse. Si vous n’avez jamais participé à une soirée de ce genre, une soirée par et pour femmes seulement, je vous conseille d’en faire l’expérience l’an prochain au Cabaret du 8 mars.

Cela devrait se passer encore à l’AgitÉe, si notre bar coopératif préféré survit, et cela est possible, grâce à nous toutes et tous. Participons à la campagne de financement de L‘AgitÉe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité